Sony Mustivar : "J'ai vu les plus belles femmes de ma vie en Roumanie"

le
0

Considéré comme un jeune attendu du côté de Bastia, Sony Mustivar s'est finalement accompli en Roumanie, puis aujourd'hui à Kansas City, où il enchaine les belles prestations. Entretien détente avec ce milieu franco-haïtien.

Tu restes encore attaché à ta ville natale puisqu'au Sporting Kansas City, tu arbores le numéro 93 dans le dos. C'est important pour toi de montrer que tu n'oublies pas d'où tu viens ? Je viens d'Aubervilliers et j'ai commencé au Red Star Bobigny. Je suis resté jusqu'en benjamins puis, après, je suis parti directement au Centre de formation de football de Paris (CFFP). Je tenais à faire ce clin d'œil. Au départ, mon numéro fétiche est le 5, mais comme le capitaine de Kansas l'a déjà (Matt Besler, ndlr), ce n'était pas possible de l'avoir. J'ai donc choisi le 93, car on n'oublie jamais d'où l'on vient. Beaucoup de jeunes rêvent de devenir jeunes professionnels, et c'est une façon de leur dire qu'il faut lutter avant d'arriver là on veut. Il y a aussi une énorme part de fierté.
Depuis février dernier, tu as rejoint la Major League Soccer. Comment s'est déroulé ton départ vers les États-Unis ? J'ai signé le jour de mon anniversaire, le 12 février (rires) ! Dans mon ancien club, Petrolul, en Roumanie, ça n'allait pas, car le président était en prison. On n'était pas payés depuis presque trois mois, on ne touchait plus de primes depuis l'année dernière non plus Au début, le club ne voulait pas me lâcher. Puis le président m'a dit : "Tu as marqué l'histoire du club, tu as été capitaine et on a gagné la Coupe, donc je te donne ton passe-droit." J'avais déjà noué des contacts avec le manager de Kansas (Peter Vermes, ndlr) qui me voulait vraiment. Mais je n'aime pas arriver en cours de saison quand l'équipe est lancée. J'ai pu effectuer toute la préparation grâce à la résiliation de mon contrat avec mon ancien club roumain. Ça s'est fait de manière très rapide.
D'abord sur le banc, tu as été titularisé contre Chicago (3 mai dernier) et n'as depuis plus quitté le onze de départ. Surtout, le Sporting KC n'a perdu qu'un seul match sur huit avec toi aligné d'entrée On a perdu la semaine dernière (l'interview a été réalisée le mardi 31 juin, ndlr) et c'était à la dernière minute (2-1 contre Salt Lake). Je ne sais pas s'il y a un truc ou si je suis un porte-bonheur Mais, du coup, c'était ma première défaite en tant que titulaire sur le terrain et on a seulement encaissé cinq buts sur les huit matchs que j'ai débutés. Je n'irai…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant