Sondages : de l'exil forcé au retour en grâce, la folle remontée de Juppé

le
3
Sondages : de l'exil forcé au retour en grâce, la folle remontée de Juppé
Sondages : de l'exil forcé au retour en grâce, la folle remontée de Juppé

Du pestiféré au préféré. En dix ans, Alain Juppé est passé par tous les états. Honni après sa condamnation en 2004 dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris, le maire UMP de Bordeaux est désormais en tête des intentions de vote des candidats potentiels à une primaire à droite, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur publié ce jeudi. Dix longues années où l'ancien Premier ministre a tout connu : d'abord la «peine de mort politique», selon l'expression de son camp après l'annonce de ses 10 ans d'inéligibilité (un an finalement en appel), puis la traversée du désert à l'étranger, ensuite le retour sur ses terres girondines, avant le come-back à Paris. 

Un retour en grâce qui peut s'analyser par le prisme des courbes de sondage. Comme le montre le graphique ci-dessous qui réunit toutes ses cotes de popularité établies mensuellement par TNS Sofres/Figaro-Magazine et Ipsos-Le Point depuis sa condamnation en janvier 2004, Alain Juppé a entamé sa remontée il y a huit ans.

A l'été 2006, il est au fond du trou. Exilé depuis deux ans au Québec, il annonce vouloir briguer la mairie de Bordeaux. Un pari remporté mais audacieux vu son image auprès de l'opinion publique. A cette époque, seulement 14% des sondés de TNS Sofres répondent favorablement à la question Quel jugement portez-vous sur l'action d'Alain Juppé. Ceux d'Ipsos sont 26% alors à dire oui quand on leur demande s'ils souhaitent le voir jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir.

S'ouvre une année d'euphorie dans les sondages, jusqu'à sa nomination comme ministre d'Etat, en charge de l'Ecologie, par Nicolas Sarkozy en mai 2007, dans la foulée de l'élection présidentielle. Alain Juppé retrouve la barre des 40% d'opinion favorable. Une joie de courte durée. Sa défaite aux législatives le mois suivant et son départ qui suit du gouvernement le font replonger aussi vite.

Réélu maire de Bordeaux en 2008, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 11 oct 2014 à 00:19

    De toutes les façoms...TOUT sauf le BlingBling !!!...

  • M2179486 le vendredi 10 oct 2014 à 20:16

    Les français ont hélas la mémoire très courte !!!! En plus en 2017 il sera un vieux croulant !!! Y'a pas autre chose ??

  • M1531771 le vendredi 10 oct 2014 à 19:51

    Attention...trop tôt à mon humble avis... Je pense qu'il devrait prendre un peu de recule et ne pas être omniprésent d'ici 2017 car c'est bien cette échéance qui est visée...!