Sondage : les profs ont besoin d'amour

le
2
Sondage : les profs ont besoin d'amour
Sondage : les profs ont besoin d'amour

C'était il y a des décennies. Pourtant, il se souvient encore très bien de cette prof de français, « Melle Mondion », qui en classe de 4e lui a un jour donné « l'envie de lire ». Aujourd'hui, Gilles Corre est le scénariste de la BD humoristique « les Profs », et voilà quinze ans qu'il s'emploie à les mettre en bulle avec beaucoup « d'affection ».

Les profs, beaucoup de gens les aiment. Mais le drame, c'est qu'ils ne le savent pas. Selon une enquête menée auprès de 499 jeunes enseignants à l'initiative de l'assureur Maif, et que nous publions en exclusivité, plus de la moitié des enseignants de moins de 35 ans éprouvent un sentiment de « frustration » face à leur métier. « Attention, il ne s'agit pas de découragement! préviennent les commanditaires de l'étude à la Maif. Les professeurs sont dans des valeurs d'action. D'ailleurs, 40% se disent aussi enthousiastes. Mais ils souffrent d'un manque de reconnaissance : ils travaillent beaucoup et ne retrouvent pas leur investissement dans le regard des autres. »

Paradoxalement, ce sont les instituteurs qui semblent le plus souffrir de désamour, alors que les Français plébiscitent leur école primaire : près de huit sur dix estiment que la maternelle fonctionne « bien », et 68% sont satisfaits de l'élémentaire, selon un autre sondage rendu public cette semaine par le syndicat enseignant Snuipp.

Parmi les principaux facteurs qui mettent le noir aux hussards de la République de 2013 figure, bien sûr, un salaire en berne depuis plusieurs années. La perte de pouvoir d'achat des enseignants les force même à rogner sur leurs dépenses « professionnelles » : 40% affirment qu'ils investiront cette année moins d'argent qu'en 2012 dans leurs livres et autres matériels pédagogiques.

Les professeurs vivent mal, également, le « manque de moyens » mis à disposition par l'institution pour exercer leur art. « Dans ma classe, il y a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 29 aout 2013 à 10:53

    Ils travaillent beaucoup, effectivement moins de 180 jours par an, dur de vivre un enfer pareil !!!

  • jbellet le jeudi 29 aout 2013 à 10:30

    Pas facile à gèrer 16 semaines de vacances