Sondage : les Français jugent les marques toujours plus intrusives

le
1
Les Français n'apprécient pas que leur données personnelles soient transmises aux marques lors de leurs achats. (Pressmaster/shutterstock.com)
Les Français n'apprécient pas que leur données personnelles soient transmises aux marques lors de leurs achats. (Pressmaster/shutterstock.com)

(AFP/Relaxnews) - Plus de six personnes sur dix jugent les marques de plus en plus intrusives, selon un sondage publié lundi, qui montre que les consommateurs français rechignent à livrer certaines informations personnelles par crainte d'abus.

Le cinquième baromètre de l'intrusion, réalisé par l'agence Publicis ETO, qui évalue la manière dont les consommateurs envisagent le partage de leurs données personnelles avec les marques, révèle que le niveau perçu d'intrusion des marques est passé à 61,5% en 2015 alors qu'il n'était que de 41% en 2010.

Selon ce baromètre, près de 78% des personnes interrogées sont "dérangées par le fait que des informations soient collectées et enregistrées dans des bases de données".

Sur les réseaux sociaux, ils sont plus de 70% à ne pas tolérer que les marques puissent accéder aux données personnelles "pour proposer des offres et services personnalisés".

Parmi les informations partagées, certaines sont jugées plus "taboues" que d'autres à l'image de la géolocalisation, qui suscite le désaccord de 73,5% des personnes interrogés, ou encore les données financières.

Pour faire face à la progression d'un sentiment d'intrusion grandissant, l'étude recommande que les "marques soient plus transparentes" et "expliquent quelles données elles collectent, comment et pour quelles exploitations".

Toutefois, si 76,1% des répondants se déclarent intéressés pour "gérer eux-mêmes leurs données personnelles au travers d'outils dédiés", les consommateurs sont d'accord pour délivrer des informations en échange "d'avantages personnalisés" comme des offres de réduction ou de bons d'achat.

Le sondage a été réalisé en ligne, via l'institut Toluna, selon la méthode des quotas, avec un échantillon de 1026 personnes représentatif de la population des consommateurs français.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7034327 le mardi 7 juil 2015 à 08:00

    Même si elles sont plus transparentes quant à l'utilisation des données, cela ne change rien au problème. Elles n'ont pas à avoir ces données parce que cela ne les regarde pas, c'est une atteinte à la vie privée et à terme ces données tomberont dans de mauvaises mains, par le biais d'achat de données, de rachat d'entreprises, de contrats de sous-traitance, de recoupement de données. Pour çà que je n'ai pas de smartphone.