Sondage : les Français disent oui au divorce sans juge

le
1
Sondage : les Français disent oui au divorce sans juge
Sondage : les Français disent oui au divorce sans juge

La réforme semble séduisante (et les Français l'approuvent) sans pour autant faire l'unanimité. Associations familiales, avocats, magistrats... la liste de ses opposants ne cesse de s'allonger. Le texte, voté jeudi par l'Assemblée, prévoit de supprimer le passage devant un juge pour les divorces par consentement mutuel.

« Lorsque les époux passent dans le bureau du juge, c'est un moment solennel, souligne My-Kim Yang-Paya, présidente de l'association Avocats femmes violences et membre du Conseil de l'ordre du barreau de Paris. Le juge vérifie que les intérêts des deux parties sont respectés, c'est important. » Mais le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, se défend : « Dans 99,9 % des cas, les juges ont simplement homologué le travail des avocats. On peut donc supprimer cette étape. » Une affirmation qui fait grincer des dents. « Les avocats connaissent les juges avec lesquels ils travaillent, explique Marie-Jane Ody, vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats. Donc ils s'autocensurent, car ils savent très bien que tout ne pourra pas être accepté. »

Des mois d'attente pour un rendez-vous de deux minutes

Avec ce texte, la convention de divorce négociée entre les deux époux, chacun accompagné d'un avocat, sera désormais enregistrée par un notaire. Un délai de rétractation de quinze jours est prévu. L'objectif ? Simplifier la procédure et désengorger les tribunaux. « Parfois les époux attendent des mois avant d'obtenir une date d'audience pour passer deux minutes devant le juge, souligne Pascal Eydoux, président du Conseil national des barreaux, favorable au texte. Avec cette mesure on gagne du temps. »

« Gagner du temps mais au final pour perdre en qualité ? » s'insurge Guillemette Leneveu, directrice générale de l'Union nationale des associations familiales. L'Unaf s'inquiète notamment pour la défense des intérêts de l'enfant. Si la réforme prévoit de faire intervenir un juge ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 7 mois

    Et si l'on supprimait le mariage, plus besoin de zélus pour se marier, donc pas besoin de juges pour divorcer. Trop simple.