Sondage : le monde entier fait confiance aux pompiers

le
0
Sondage : le monde entier fait confiance aux pompiers
Sondage : le monde entier fait confiance aux pompiers

Qu'ils soient « firemen » aux Etats-Unis, « bombeiros » au Brésil ou « straz pozarna » en Pologne, les pompiers affichent partout des taux de popularité records auprès de la population. Selon une enquête réalisée par le cabinet d'études GfK Verein -- dans 25 pays sur les cinq continents --, les soldats du feu bénéficient d'un taux de confiance moyen de 90 % au niveau mondial, juste devant les infirmières (89 %) et les docteurs (89 %).

« Ce n'est pas vraiment une surprise, sourit Patrice Beunard, président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS. On travaille tous à partir de la même base : l'engagement pour les autres. » C'est d'ailleurs en France qu'ils sont le plus populaire, avec 99 % de confiance, devant les infirmières (95 %) et les urgentistes (95 %). « Il y a deux raisons à cela. La première, c'est que nous sommes disponibles tout le temps ! La seconde, c'est que nous sommes un service gratuit, payé par les impôts. Les gens apprécient », ajoute le syndicaliste.

Les politiciens en dernière place

En Inde, qui compte l'une des armées les plus grandes du monde, ce sont les soldats qui arrivent en haut de l'affiche (98 %). Et au Nigeria, où 60 % de la population travaillent dans le monde agricole, les agriculteurs arrivent sans grande surprise en tête (84 %).

Au niveau mondial, les politiciens écopent de la dernière place avec un taux de confiance moyen de 31 %, derrière les agents d'assurances (48 %) et les maires (53 %). « Partout dans le monde, les responsables politiques sont mal classés en termes de confiance et d'intégrité, rappelle Daniel Lebègue, président de l'antenne française de l'ONG Transparency International. On retrouve ce constat dans tous les pays gangrenés par la corruption, où il faut payer pour obtenir quelque chose. Mais aussi en Europe, où les dirigeants ont souvent tendance à faire passer leur intérêt personnel avant l'intérêt collectif. » En France, le trio perdant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant