Sondage : Hollande et Valls en baisse, les Le Pen en hausse

le
1
Sondage : Hollande et Valls en baisse, les Le Pen en hausse
Sondage : Hollande et Valls en baisse, les Le Pen en hausse

Trois mois et demi après les attentats de Paris et Montrouge, il ne reste plus grand chose, dans les sondages, de la confiance accordée alors à l'exécutif. François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement trois et deux points de popularité en avril, à, respectivement 21% et 39% de bonnes opinions, selon le baromètre Odoxa-L'Express/Presse régionale/France Inter publié ce mardi. Restant sur la tendance négative observée depuis février, le président de la République et le Premier ministre retrouvent leurs faibles niveaux de confiance de l'automne.

Si 21% des personnes interrogées trouvent que François Hollande est «un bon président de la République», 78% (+3) sont d'un avis contraire. 1% ne se prononcent pas. La popularité du chef de l'État recule de dix points par rapport à l'enquête de mi-janvier réalisée après les attentats de Paris.

Le sondage, réalisé jeudi et vendredi de la semaine dernière, ne tient pas compte de l'intervention du chef de l'Etat dans l'émission spéciale du Supplément de Canal +. En revanche, les deux portraits intimistes de Manuel Valls avaient déjà été diffusés, et le Premier ministre n'en tire pas bénéfice. 60% (+2) des personnes interrogées répondent non à la question de savoir s'il est «un bon Premier ministre». 1% n'ont pas d'avis. Par rapport à la mi-janvier, sa chute de popularité représente 14 points. Mais «Valls parvient toujours – contrairement à Hollande – à être populaire auprès d’une large majorité de sympathisants de son camp (61% de bonnes opinions, contre 50 pour Hollande)», note l'institut de sondage Odoxa.

Les effets du psychodrame du FN

Les personnalités politiques en prennent pour leur grade, ce mois-ci : pas une ne dépasse les 40% d'adhésion. Le maire de Bordeaux Alain Juppé (UMP) caracole en tête avec un taux d'adhésion de 38%, soit un tout petit peu plus de trois personnes sur dix, à la question ainsi posée : «Pour chacune des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le mardi 21 avr 2015 à 08:25

    Pourra âs être pire que ce que nous avons connu et au moins ce sera nouveau ! Et puis si c'est le cas on verra bien !