Sondage : en un mois, Valls dégringole de dix points

le
0
Sondage : en un mois, Valls dégringole de dix points
Sondage : en un mois, Valls dégringole de dix points

En un mois la cote de popularité de Manuel Valls a dégringole de dix points, à 42% d'avis favorables, François Hollande perdant quant à lui quatre points, à 26%, dans le baromètre Ipsos-«Le Point»* publié lundi.

La tendance s'est totalement inversée pour le Premier ministre: en février, il recueillait 52% d'opinions positives pour 43% d'opinions négatives. Ce mois-ci, les proportions sont respectivement de 42% et 52% (+9). Le chef du gouvernement reste toutefois six points au-dessus de son niveau de décembre 2014 (36% seulement d'avis positifs), avant les attentats de janvier.

Entre les deux enquêtes, Manuel Valls a contraint sa majorité parlementaire à adopter la loi Macron en recourant au 49-3 (engagement de responsabilité) et s'est posé en premier adversaire du Front national, qu'il veut  «stigmatiser» selon ses propres mots. «J'ai peur que mon pays se fracasse contre le Front national» avait-il déclaré le 8 mars. Il chute de haut  particulièrement chez les sympathisants UMP (- 19 points) et FN (- 14 points).

Le président François Hollande, lui, tombe de 30 à 26% d'opinions favorables, se situant à son niveau de juillet 2013. Les jugements négatifs augmentent de deux points (de 67 à 69%). 5% ne se prononcent pas (3% en février).

La percée d'Emmanuel Macron

Au palmarès des personnalités, Alain Juppé reste en tête avec 52% d'avis favorables, en baisse toutefois de quatre points. Derrière le président de l'Institut du monde arabe Jack Lang et la directrice du FMI Christine Lagarde, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron se hisse au 4e rang avec 43% de jugements positifs. Ce dernier a a priori particulièrement séduit lors de l'émission Des paroles et des actes sur France 2  les retraités (51 %, + 13 points) et les femmes (39, + 13 points).

Au 13e rang, Nicolas Sarkozy recule de trois points à 35%, et Marine Le Pen de deux, à 29% (21e rang). Auprès des seuls sympathisants de l'UMP, l'ancien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant