Sondage : 88% des Français aiment leurs médecins, jugés aussi trop conservateurs

le
27
Sondage : 88% des Français aiment leurs médecins, jugés aussi trop conservateurs
Sondage : 88% des Français aiment leurs médecins, jugés aussi trop conservateurs

Compétents, professionnels tout en étant jugés corporatistes et rétifs à de profondes réformes de notre système de santé. C'est tout le paradoxe des médecins, qui vont manifester en masse, dimanche après-midi à Paris, contre la loi «Santé» de leur ministre, Marisol Touraine. Ces derniers jouissent d'une forte popularité auprès des Français (88 % d'opinions favorables) selon le sondage Odoxa réalisé pour «Le Parisien - Aujourd'hui en France».

QUESTION DU JOUR. Les médecins doivent-ils accepter la généralisation du tiers payant ?

Qualifiés de courageux(80%), à l'écoute de leurs patients (78%) et passionnés (71%), généralistes et spécialistes bénéficient d'un gros capital confiance. 64 % des personnes interrogées (contre 34 % qui pensent le contraire) estiment même que leurs médecins défendent mieux les intérêts des usagers du système de santé. Tout juste leur reproche-t-on - un peu - leur manque de disponibilité et le fait qu'ils soient avant tout motivés par l'argent.

Nos bons vieux «toubibs» passeraient-ils pour les gardiens du temple de la Sécu ? Que nenni. Certes, les Français soutiennent plutôt la manifestation d'aujourd'hui. Mais ça ne les empêche pas d'être majoritairement favorables, selon toutes les enquêtes d'opinion, à la généralisation du tiers payant, l'une des mesures qui, précisément, fait tousser les médecins.

C'est d'ailleurs ce que les sondés leur reprochent. Majoritairement perçues comme une population conservatrice (66%) et privilégiée (63%), les blouses blanches ne brillent guère par leur propension au changement. 67 % des personnes interrogées estiment qu'elles ont tendance à s'opposer systématiquement à toute évolution de la médecine.

«C'est toute l'ambiguïté du rapport qu'entretiennent les Français à leurs médecins, conclut Gaël Sliman, président d'Odoxa. Ils les aiment (NDLR : 70 % des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le lundi 16 mar 2015 à 09:44

    J'ai vu en 50 ans les différences entre la médecine de ville. Avant, le notable en cravate, un quasi dieu, qui allait chez les patients et recevait dans sa grande maison. Maintenant, un type banal qui a son cabinet dans son pseudo-HLM avec qui on discute de son ordonnance et ne se déplace plus. Il y a quand même une évolution négative... qui va s'aggraver avec cette loi.

  • prott1 le dimanche 15 mar 2015 à 19:59

    Ah, tiens la généralisation du tiers payant va obliger le praticien à indiquer à son patient le dépassement d'honoraire ;) mince .. de plus la nuée constituée de petites mutuelles va disparaître ce qui va faciliter le boulot des CPAM .Si ces médecins ne sont pas content qu'ils se déconventionne et oublie leur serment !

  • jt451 le dimanche 15 mar 2015 à 18:48

    Ça fonctionne en Alsace depuis plusieurs années .....Sans problèmes apparemment , . Pour une fois que les alsaciens sont dans le coup !!!

  • enoriane le dimanche 15 mar 2015 à 13:13

    On paye son coiffeur, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas payer le médecin, au moins jusqu'au même montant annuel. Soyons digne enfin.

  • M4537737 le dimanche 15 mar 2015 à 13:01

    Si 22 000 lits disparaissent (chiffre å vérifier) c'est une bonne chose car de trop nombreux services sont tenus par des personnels n'ayant pas assez de malades pour rester opérationnel.Un chirurgien, un obstétricien doivent opérer beaucoup de patients, en deçà d'un certain volume ils sont dangereux car ils perdent leur technicité, ces fermetures sont une avancée pour la santé publique de notre pays et ne sont pas dictées par une politique économique contrairement å ce que pensent beaucoup.

  • M4537737 le dimanche 15 mar 2015 à 12:55

    Le fait pour les français de ne pas connaître le cout de leur traitement et de leurs consultations entraine un dérapage obligatoire de celles ci, å partir du moment ou les remboursements se font dans les 48 h le chèque émis n'est toujours pas débite alors que le remboursement est crédite il est donc parfaitement ridicule de generaliser le tiers payant, excepte pour ceux qui ne disposent plus de carnet de cheque car interdit bancaire.

  • M4537737 le dimanche 15 mar 2015 à 12:51

    Le fait pour les français de ne pas connaître le cout de leur traitement et de leurs consultations entraine un dérapage obligatoire de celles ci, å partir du moment ou les remboursements se font dans les 48 h le chèque émis n'est toujours pas débite alors que le remboursement est crédite il est donc parfaitement ridicule de generaliser le tiers payant, excepte pour ceux qui ne disposent plus de carnet de cheque car interdit bancaire.

  • 82554976 le dimanche 15 mar 2015 à 12:38

    Les français n'auraient pas d'argent pour avancer 23 € à leur médecin mais ils auraient de l'argent pour des cigarettes , du canabis , de l'alcool ........ Marifol ouvre tes yeux ( pourtant qu'est-ce qu'ils sont grands ouverts !!!!)

  • EuropeGa le dimanche 15 mar 2015 à 12:11

    les économies demandées par Bruxelles font disparaître 22.000 lits dans nos hôpitaux,

  • EuropeGa le dimanche 15 mar 2015 à 12:11

    Les français souhaitent garder leur système de santé. Ils s'aperçoivent aujourd'hui que l'Europe de Bruxelles est en train de mettre à bas ce système : les économies demandées par Bruxelles font disparaître 22.000 dans nos hôpitaux, et impose le licenciement de nombreux médecins. Après, il ne faut pas s'étonner du vote FN !