Sondage : 79% des Français s'intéressent à la présidentielle de 2017

le
0
Sondage : 79% des Français s'intéressent à la présidentielle de 2017
Sondage : 79% des Français s'intéressent à la présidentielle de 2017

La course à l'Elysée est bien la mère des élections. Selon notre sondage (*) Odoxa pour l'émission d'i-Télé CQFD et «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France», 79% des Français s'intéressent à la présidentielle de 2017.

«Et ce n'est pas un intérêt mou : 41% disent s'y intéresser beaucoup. Toutes les catégories de Français le disent très majoritairement qu'ils soient jeunes ou âgés, homme ou femme, CSP+ ou CSP-, de gauche ou de droite», relève Céline Bracq, directrice générale d'Odoxa.

Retrouvez l'intégralité de ce sondage dans l'édition du «Parisien» - «Aujourd'hui en France» de ce samedi.

En revanche, et c'est paradoxal, 53% des sondés estiment «que l'on en parle trop» contre 36% qui jugent que l'on en parle «juste comme il faut» et seulement 11% qui trouvent que l'on n'en parle «pas assez».

Enfin, 58% des Français pensent que le quinquennat, mis en place en 2002, «a été plutôt une bonne chose» pour la vie politique française, contre 42% qui pensent le contraire.

L'avenir politique de Fillon compromis, selon les Français

Nicolas Sarkozy doit se frotter les mains. 56% des Français considèrent que l'avenir politique de François Fillon est compromis après les révélations de l'affaire Jouyet/Fillon. Ils sont 43% à penser le contraire, 1% ne se prononcent pas.

Pire pour l'ancien Premier ministre : les sympathisants de droite se montrent plus sévères que ceux de gauche: ils sont 62% à voir dans cette affaire une casserole accrochée pour longtemps aux basques de Fillon, contre 52% des sympathisants de gauche.

Il y a huit jours, deux journalistes du Monde ont publié dans leur livre Sarko m'a tuer des déclarations du secrétaire général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet, selon lesquelles François Fillon lui aurait demandé de «taper vite» (judiciairement parlant) sur l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy pour ne pas «le laisser revenir». Dans cette affaire, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant