Sondage : 20 ans après sa mort, pas de nostalgie Mitterrand

le , mis à jour à 08:47
8
Sondage : 20 ans après sa mort, pas de nostalgie Mitterrand
Sondage : 20 ans après sa mort, pas de nostalgie Mitterrand

La nostalgie Mitterrand n'est plus ce qu'elle était. Quand on demande aux Français si une personnalité telle que celle du premier président socialiste de la Ve République manque au pays, seulement un sur deux répond oui. « Guère flatteur pour celui dont on commémore les vingt ans de la mort », commente Gaël Sliman, directeur de l'institut Odoxa qui a réalisé ce sondage. Ironie de l'Histoire — avec un grand H —, ce sont surtout les 25-34 ans, trop jeunes pour avoir vécu les années Mitterrand, qui trouvent qu'il manque (à 60 %). Alors que leurs aînés de plus de 65 ans, au souvenir encore vivace, jugent en majorité (57 %) le contraire... Consolation pour les fidèles, si François Mitterrand reste clivant pour les Français en général, il fait l'unanimité ou presque auprès du peuple de gauche : 74 % le regrettent, 84 % le jugent bon président.

>> DANS LE RETRO. Les 20 ans de la mort de Mitterrand.

Au jeu du « c'était mieux avant », c'est Jacques Chirac qui remporte la palme, jugé « bon président » par plus de 6 Français sur 10. « Les réponses des sondés sont toujours plus flatteuses que ne l'étaient leurs derniers jugements sur ces dirigeants quand ils étaient encore en fonctions », nuance Gaël Sliman. D'ailleurs, lorsqu'on inclut dans de tels tests les figures historiques de De Gaulle et Pompidou, ils occupent systématiquement les deux premières places. En revanche, l'actuel locataire de l'Elysée est perçu comme le « pire » président : à peine 23 % de jugements positifs pour François Hollande, contre 76 % de négatifs ! Mais son rival Nicolas Sarkozy, en lice pour un nouveau mandat, ne fait guère mieux — ou moins mal —, avec 34 % de positifs.

Un bilan mitigé selon les sondés

Hollande l'habile manœuvrier a-t-il quelque chose en lui du florentin Mitterrand ? Pas vraiment, aux yeux des Français, qui désignent comme héritiers prioritaires Martine Aubry — pour le cap à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gustav10 il y a 11 mois

    C'est lui qui a nommé la ministre du travail de l'époque (actuelle maire de Lille) pour la mise en place des 35 heures !

  • M7097610 il y a 11 mois

    les 35 heures ont été créées après sa mort !!!

  • gustav10 il y a 11 mois

    Le président qui a ruiné le fondement de la retraite par répartition avec l'abaissement de l'age de la retraite alors que l'espérance de vie augmente ! Le président qui a détruit les capacités de travail (hors services) et ruiné l'emploi par les 35 heures. A bas les dogmes du soi-disant socialisme qui a mis en place le parasitisme social et l'irresponsabilité individuelle. Et je vais être effacé, comme d'habitude, parce que j'écris des phrases qui dérangent.

  • M7361806 il y a 11 mois

    IL a inventé le temps libre pas celui du travail ; le peuple applaudit ! depuis nous sommes dans la mouîse

  • M7097610 il y a 11 mois

    Chirac n'a pas suivi Bush en Irak et nous lui sommes éternellement reconnaissant. Le commerce avec les pays arabes étaient alors florissant. Depuis sarkozy et Hollande, l'accueil est catastrophique... Les Rafales cachent la misère mais les saoud ne sont pas éternels.

  • janaliz il y a 11 mois

    L'homme au trouble passé confirmé par la chape de plomb qu'il fit peser sur les journalistes et la presse afin de cacher ses fredaines. Et on veut nous parler d'exemple et de nostalgie. Beaucoup ont-ils la nostalgie de 39-44...

  • C177571 il y a 11 mois

    Mitterand et Chirac ont une chose en commun : L'INACTION. Cela explique la léthargie dans laquelle nous vivons.

  • M8252219 il y a 11 mois

    Le peuple de gauche, se souvient-il de Pierre Bérégovoy, premier ministre de FM SUICIDÉ: François de Grossouvere conseiller, prète nom et très proche de FM SUICIDÉ: Pierre Yves Guézou, lampiste dans l'affaire des écoutes de l'Élysée,SUICIDÉ. CADAVRES EXQUIS DU SOCIALISME.