Sommet sino-taiwanais historique samedi à Singapour

le
0

(Actualisé avec réaction de l'opposition taiwanaise § 8-9) TAIPEH, 4 novembre (Reuters) - Les présidents chinois Xi Jinping et taiwanais Ma Ying-jeou se rencontreront samedi à Singapour pour un échange de vues sur les relations de part et d'autre du détroit de Taïwanais, a annoncé mercredi la présidence taiwanaise. Il s'agira de la première rencontre entre dirigeants des deux entités depuis la fin de la guerre civile en 1949, marquée par la victoire des communistes en Chine continentale et le retrait des nationalistes sur l'ancienne Formose. La tenue du sommet a été confirmée mercredi à Pékin par Zhang Zhijun, le directeur du Bureau des affaires taiwanaises. L'objectif, a-t-il ajouté dans un communiqué diffusé par l'agence officielle de presse Chine nouvelle, est de discuter d'un développement pacifique des relations entre les deux entités. Le Bureau des affaires taiwanaises précise que cette rencontre est le fruit d'un "accord pragmatique" conforme au "principe d'une seule Chine" résumant la position des autorités chinoises, qui ne reconnaissent pas l'indépendance de Taiwan. Ce sommet intervient dans une période sensible sur le plan politique à Taiwan, où auront lieu des élections présidentielle et législatives le 16 janvier. Le Parti nationaliste de Ma Ying-jeou, ou Kuomintang, est devancé dans les enquêtes d'opinion par le Parti démocrate progressiste (DPP), principale formation de l'opposition, traditionnellement favorable à l'indépendance, et cible du Parti communiste chinois. Selon la présidence taiwanaise, l'objectif du voyage de Ma à Singapour est "de consolider la paix de part et d'autre du détroit et de maintenir le statu quo". Aucun accord ne sera signé, aucune déclaration commune ne sera diffusée pendant ce déplacement, a-t-elle ajouté. Le gouvernement taiwanais rencontrera les dirigeants du parlement et les représentants des partis politiques dans la journée de mercredi pour discuter de ce voyage. Le Parti démocrate progressiste a déploré le manque de transparence entourant cette rencontre et laissé entendre que Ma, qui ne pourra pas se représenter en janvier, pourrait chercher à favoriser le candidat de son parti. "Les questions liées aux relations de part et d'autre du détroit ont en jeu l'intérêt national (...) et ne devraient pas être utilisées dans le cadre de manoeuvres électorales", a dit le porte-parole du DPP, Cheng Yun-peng, lors d'une conférence de presse. Le Conseil des affaires continentales, plus haute instance taiwanaise chargée des relations avec Pékin, tiendra une conférence de presse mercredi, et Ma Ying-jeou s'exprimera jeudi devant les journalistes, a ajouté la présidence. Pékin considère Taiwan comme une province sécessionniste qu'elle s'estime en droit de reprendre, par la force si nécessaire. La Chine, qui entretient de bonnes relations avec Singapour, juge qu'il n'existe qu'une seule Chine à laquelle appartient Taiwan. Singapour conserve parallèlement une relation étroite bien qu'informelle avec Taiwan, qui a signé un pacte de libre échange avec la cité-Etat en 2013. (J.R. Wu avec Ben Blanchard à Pékin; Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant