Sommet européen : God save... David Cameron !

le , mis à jour à 09:44
0
Sommet européen : God save... David Cameron !
Sommet européen : God save... David Cameron !

« We will miss you (vous allez nous manquer) ! » Ce petit mot d'amour à destination des Britanniques est affiché en grand sur les fenêtres du Parlement européen. Et pourtant, à Bruxelles, le premier Conseil européen d'après-Brexit a tourné à la mauvaise blague belge pour David Cameron qui, depuis son pari perdu du référendum, vit un vrai calvaire. « La honte », « le jour le plus sombre », « l'humiliation », titraient hier les journaux outre-Manche. Leur cible ? Pas leur Premier ministre, mais le sélectionneur anglais Roy Hodgson après la défaite face aux Islandais dimanche. Court répit, en réalité, pour Cameron. Car, mardi soir, il a dû affronter ses pairs lors d'un dîner à 28 consacré au Brexit.

 

Et pourtant, avait prévenu un membre de la délégation française, « on va tout faire pour ne pas l'humilier lors du repas... ». « Emu », au dire de François Hollande, le Premier ministre de Sa majesté a tout de même été contraint de s'expliquer devant des dirigeants estonien, hongrois ou encore slovaque. Il a confessé avoir été « submergé par la question de l'immigration ». Echaudés par ses atermoiements des derniers jours, les convives voulaient de la clarté. « Ici, on n'est pas sur Facebook, où c'est compliqué. On est mariés ou on n'est pas mariés », a prévenu le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, en faisant référence aux diverses possibilités de statut conjugal que permet de renseigner le fameux réseau social.

 

 Cameron a perdu son pari politique

 

Même Angela Merkel a haussé le ton en mettant en garde son allié traditionnel contre toute tentation d'Europe « à la carte ». En clair, pas question pour Cameron, qui souhaite négocier une sortie de l'Union européenne « la plus constructive possible », de prendre les avantages (comme l'accès au marché unique) en ne partageant pas les responsabilités (comme l'accueil des réfugiés). « Pour le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant