«Sommet des consciences pour le climat» : Hollande attend «l'envoi d'un seul message»

le
0
«Sommet des consciences pour le climat» : Hollande attend «l'envoi d'un seul message»
«Sommet des consciences pour le climat» : Hollande attend «l'envoi d'un seul message»

« Envoyer un seul message : un accord doit être trouvé lors de la conférence sur le climat » : c'est, selon François Hollande, l'objectif de la réunion d'une quarantaine d'autorités religieuses, morales et politiques, ce mardi 21 juillet à Paris.

« C'est à chaque individu de savoir ce qu'il peut faire pour préserver la planète », a déclaré le chef de l'Etat à son arrivée au Conseil économique, social et environnemental (CESE), où se tient le « sommet des consciences » initié par Nicolas Hulot, envoyé spécial de Hollande pour la protection de la planète.

Le climat est « l'affaire de tous les habitants de la planète »

« The climate, why do I care » (« le climat, pourquoi je m'en soucie »), c'est le mot d'ordre de ce sommet qui veut encourager à la diminution de la consommation d'énergies fossiles.

L'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, le Bangladais Muhammad Yunus, pionnier du microcrédit et prix Nobel de la paix 2006, le patriarche orthodoxe Bartholomée figurent parmi les personnalités présentes. L'acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger transmettra un message vidéo.

« Il y a des philosophies, des convictions, des diversités dans le monde qui doivent à un moment s'unir, s'unir pour prendre des décisions », a souligné François Hollande, qui rappelle au passage que le climat « n'est pas une affaire de chefs d'Etat et de gouvernement, c'est l'affaire de tous les habitants de la planète ».

Un accord encore insuffisant

« Même aujourd'hui, avec un accord qui pourrait être celui que l'on entrevoit, nous sommes encore au-dessus de 2°C, sans doute 3°C », a regretté François Hollande à la tribune du Palais d'Iéna. Aboutir à un accord sur le climat, c'est « renoncer à utiliser 80% des ressources d'énergies fossiles facilement accessibles dont nous disposons encore. Nous pouvons le vivre comme une contrainte, c'en est une. Mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant