Somalie : les forces spéciales mises en échec

le
0
Le raid pour libérer un agent de la DGSE détenu par des islamistes somaliens s'est soldé par la perte de deux militaires.

Les opérations spéciales en milieu hostile sont toujours les plus délicates et les plus dangereuses à mener pour les armées. Celle qui a été déclenchée samedi à l'ombre de la guerre au Mali pour libérer l'agent Denis Allex, aux mains des miliciens islamistes somaliens ralliés à al-Qaida depuis juillet 2009, s'est soldée par un véritable échec. Non seulement l'agent de la DGSE, les services de renseignements extérieurs, a probablement été abattu par ses geôliers, même si ces derniers prétendent qu'il est toujours en vie et sera bientôt «jugé». Mais la France a aussi perdu deux militaires dans l'opération, une certaine confusion entourant toujours le sort de l'un des deux, qui pourrait aussi avoir été capturé.

L'histoire commence lentement à se reconstituer. L'opération, menée dans le sud du pays par une cinquantaine d'hommes du COS, le...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant