Somalie : au moins six morts dans l'explosion d'un bus des Nations unies

le , mis à jour à 12:43
0
Somalie : au moins six morts dans l'explosion d'un bus des Nations unies
Somalie : au moins six morts dans l'explosion d'un bus des Nations unies

Au moins six employés de l'ONU en Somalie, dont un étranger, ont été tués lundi matin dans l'explosion d'un minibus des Nations unies dans la localité septentrionale de Garowe, capitale de la région autonome somalienne du Puntland. Selon Reuters, il y a au moins neuf morts. 

Le chef de la mission des Nations unies en Somalie, Nick Kay, a condamné l'attaque sur Twitter, se disant «choqué et épouvanté par (ces) décès». Ni lui ni un porte-parole de l'ONU joint à Mogadiscio n'ont cependant confirmé le bilan. Selon Al-Jazeera, qui évoque sept morts, quatre membres de l'Unicef comptent parmi les victimes. Deux autres morts seraient des vigiles de nationalité somalienne et un dernier ne serait pas identifié. 

«Nous avons visé l'ONU à Garowe, nous avons tué des gens, et nous en avons blessé d'autres», a de son côté affirmé un porte-parole des shebab Abdulaziz Abu Musab.

«On pense que la bombe était accrochée au minibus et a été déclenchée près des bureaux de l'ONU», a déclaré Abdulahi Mohamed, un responsable de la police du Puntland, alors que de premières informations faisaient état de l'explosion d'une voiture piégée à l'entrée de la base onusienne. «La base de l'ONU n'a pas été touchée et ce n'était pas une voiture piégée», a-t-il ajouté.

«Nous avons confirmé la mort de six employés de l'ONU dont un étranger», a-t-il poursuivi, «l'enquête se poursuit pour déterminer les circonstances» de l'attaque.

Les islamistes somaliens multiplient les attaques

Des sources sécuritaires ont de leur côté indiqué que le minibus pourrait avoir été touché par une bombe artisanale placée sur le bord de la route, déclenchée au passage du minibus utilisé pour transporter les employés de l'ONU de la résidence où ils sont hébergés vers les bureaux.

Les insurgés islamistes somaliens shebab, défaits sur le terrain militaire par la Force de l'Union africaine (Amisom) qui épaule l'embryon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant