Somalie : 18 morts dans un double attentat à Mogadiscio

le
0
Somalie : 18 morts dans un double attentat à Mogadiscio
Somalie : 18 morts dans un double attentat à Mogadiscio

Un double attentat revendiqué par les islamistes shebab a dévasté samedi un parking proche d'un restaurant de Mogadiscio, capitale de la Somalie, faisant au moins dix-huit morts. «Il y a eu deux fortes explosions sur un parking près du Théâtre national» et d'un restaurant, a expliqué un policier, Mohamed Adan. «Dix-huit personnes au moins ont été tuées», a ajouté peu après un autre policier, Mohamed Dahir, alors qu'un journaliste de l'AFP dénombrait douze corps sur place.

Les shebab ont rapidement revendiqué les explosions, annonçant sur son compte Twitter en langue somali que «Des opérations réussies ont été menées dans le quartier de Hamarweyne à Mogadiscio». Ce groupe lié à Al-Qaïda poursuit des actions violentes dans la capitale somalienne après en avoir été chassé il y a deux ans par les forces gouvernementales et le contingent de 17.000 hommes de l'Union africaine. Leur compte en anglais a été suspendu par Twitter vendredi, quelques jours après qu'ils y eurent revendiqué l'attaque mardi du convoi du président somalien Hassan Cheikh Mohamoud près de Merka, une ville située à une centaine de kilomètres au sud de Mogadiscio.

Une voiture piégée et un kamikaze

Les insurgés affirment avoir tué «de hauts responsables» dans l'attentat de samedi. Mais des témoins ont déclaré que les victimes semblaient plutot des gens ordinaires. Selon des policiers et des témoins, la première déflagration a été provoquée par une voiture chargée d'explosifs stationnée près d'un restaurant, The Village, proche du théâtre. «J'ai vu des lambeaux de chair voler», a rapporté un témoin, Idris Yusuf, qui se trouvait dans le restaurant au moment de l'attentat et souffre de blessures légères aux jambes. Des bâtiments proches ont été détruits, a-t-il ajouté, et des gens sont venus porter secours aux victimes.

Quelques minutes plus tard, «un kamikaze s'est fait exploser dans une foule de gens qui se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant