SoLocal-Les actionnaires rejettent la restructuration financière

le , mis à jour à 23:27
0
 (Actualisé avec résolutions de dernière minute et fin de l'AG) 
    par Matthieu Protard 
    AUBERVILLIERS (Seine-Saint-Denis), 19 octobre (Reuters) - 
L es actionnaires de SoLocal  LOCAL.PA  ont rejeté mercredi soir 
le plan de restructuration financière présentée par la direction 
de l'ex-PagesJaunes, plombé par une dette de plus d'un milliard 
d'euros. 
    A l'issue d'une assemblée générale de six heures, qui s'est 
tenue aux Docks de Paris à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), 
les actionnaires ont aussi nommé trois nouveaux administrateurs 
pour les représenter au conseil d'administration. 
    Ils ont revanche refusé de révoquer Robert de Metz, le 
président du conseil d'administration de SoLocal, après le dépôt 
de résolutions de dernière minute. 
    Sur proposition d'actionnaires opposés au plan de 
restructuration financière, Alexandre Loussert, le président de 
l'association Regroupement PPLocal, l'investisseur Arnaud 
Marion, qui a redressé le volailler Doux, et l'ancien banquier 
Jacques-Henri David feront leur entrée au conseil 
d'administration de SoLocal.    
    En revanche, les nominations des actionnaires activistes 
Benjamin Jayet et Philippe Besnard n'ont pas été approuvées. 
    Les actionnaires ont suivi l'appel d'un groupe de frondeurs 
qui avait invité à rejeter le plan de restructuration de la 
dette telle que proposée par la direction de SoLocal.  
    Ces derniers reprochent à la direction de ne pas avoir 
associé les actionnaires aux négociations et de leur avoir 
soumis un plan de restructuration financière trop favorable aux 
créanciers.   
    Ils espèrent désormais pouvoir renégocier la restructuration 
financière. Mais il reste encore à savoir ce que décideront les 
créanciers qui avec ce vote, peuvent exiger le remboursement de 
la dette, ce qui risquerait de mettre SoLocal en situation de 
cessation de paiement. 
      
    "AGIR VITE" 
    Au cours de la séance, Jean-Pierre Remy, le directeur 
général de SoLocal, avait exhorté les actionnaires à soutenir le 
projet de restructuration financière, en insistant sur le fait 
qu'à défaut de feu vert, le groupe serait inévitablement 
contraint de réduire ses investissements, d'arrêter certaines de 
ses activités et de tailler dans ses effectifs. 
    "Il est urgent d'agir vite", a-t-il déclaré.  
    "On ne peut pas diriger une entreprise sans visibilité à 
moyen terme", a encore souligné Jean-Pierre Remy. "Le mur de la 
dette se rapproche (...) Cette entreprise, elle a besoin qu'on 
la libère des chaînes de la dette." 
    Annoncé début août, le plan de restructuration financière 
vise à ramener la dette de SoLocal à 400 millions d'euros contre 
1.164 millions actuellement. 
    Pour ce faire, deux augmentations de capital sont prévues, 
dont l'une réservée aux créanciers dans la cadre d'une 
conversion de dette en capital. 
    Vivement critiqué par des actionnaires frondeurs, ce projet 
a toutefois été approuvé la semaine dernière par les créanciers 
à la majorité des deux tiers. 
    Au cours de l'AG, plusieurs salariés se sont exprimés pour 
soutenir le projet de restructuration financière. 
    "Nous ne sommes pas une start-up, mais une entreprise solide 
fragilisée par les jeux d'argent de ceux qui ne produisent rien, 
uniquement motivés par l'appât du gain", pouvait-on aussi lire 
sur un tract des syndicats Autonome et CFE-CGC distrubué à 
l'entrée. 
    En Bourse, avant l'issue de l'AG, l'action SoLocal a clôturé 
mercredi à 3,162 euros, faisant ressortir la capitalisation 
boursière du groupe à 121 millions d'euros. 
    Depuis le début de l'année, le titre a perdu plus de la 
moitié de sa valeur (-54,61%) après avoir déjà plongé de 60% en 
2015. 
 
 (Edité par Benoît Van Overstraeten) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant