SOLOCAL : le point sur les forces en présence avant le comité des créanciers et l'AG - 1ère partie

le
0

(AOF) - Une nouvelle séquence à hauts risques de deux semaines s’ouvre aujourd’hui pour Solocal. La cotation du groupe a été suspendue à la mi-journée et jusqu’à demain alors que se tient cet après-midi la réunion de ses créanciers. Leur soutien au nouveau plan de refinancement de Solocal est indispensable pour que se tienne le 15 décembre l’assemblée générale des actionnaires sur le même sujet. A l’orée de cette période sous tension, retour sur les forces en présence autour du « ring » Solocal.

Rappel des faits

En août dernier, Solocal a présenté un plan de restructuration de sa dette qui doit lui permettre de faire passer cette dernière de plus de 1 milliard d'euros aujourd'hui à 400 millions d'euros. Le projet prévoit deux augmentations de capital pour y parvenir, dont une par abandon de créances. La première mouture du plan, soumise aux actionnaires le 19 octobre dernier, a été rejetée.

Le Conseil d'administration issu de cette réunion, qui s'est vu adjoindre trois représentants des opposants au projet, a donc présenté le 3 novembre un nouveau projet. Ce dernier modifie les modalités de la restructuration tout en en préservant l'architecture. C'est autour de cette nouvelle proposition que s'opposent les différents protagonistes d'un dossier riche en rebondissements.

Le management de Solocal

En première ligne se trouve logiquement la société et notamment son directeur général Jean-Pierre Rémy. Directeur général de Solocal depuis août 2009, il est le principal artisan de la mutation de l'ex-Pages Jaunes, spécialiste des annuaires, en Solocal Group, focalisé sur le search sur internet et le marketing digital. C'est lui qui défend depuis le début le plan de restructuration financière et qui s'en tient à une seule ligne : la défense de la société et de ses 4 400 salariés.

Depuis août, Jean-Pierre Rémy met en avant le fait que l'incertitude sur la restructuration financière pèse sur l'activité de Solocal et sur les relations avec ses clients. De la réussite de la restructuration de la dette du groupe dépend le lancement ou non du plan stratégique Conquérir 2018 qui doit accélérer la transformation du groupe et qui va nécessiter des investissements. Ces dernières semaines, Jean-Pierre Rémy a aussi souligné le risque d'un redressement judiciaire qui pèse sur Solocal si le plan de refinancement était de nouveau rejeté.

Les salariés

Si les salariés de Solocal ne sont pas restés inactifs avant le 19 octobre, ils se font entendre encore plus clairement depuis quelques jours. Avant la précédente AG, ils avaient lancé une pétition pour soutenir le désendettement de la société et le plan proposé à l'époque. Cette dernière avait recueilli 2 300 signatures. Après le rejet du projet, l'association "Actionnaires Salariés Local" a vu le jour et appelle de nouveau à voter en faveur de la restructuration financière telle qu'elle est proposée.

Cette structure est composée de salariés déjà actionnaires de Solocal et est rejointe par des salariés non encore actionnaires. Au fur et à mesure qu'ils rejoignent le groupe, ce dernier procède à des achats d'actions pour peser le jour de l'AG et faire "un mouvement de masse". Des discussions sont aussi en cours avec les salariés ayant souscrit au Plan d'Epargne Groupe qui détiennent tous ensemble 0,6% du capital de Solocal.

Les salariés sont soutenus par les dirigeants des filiales de Solocal, qui ont récemment publié une tribune en ce sens sur le Huffington Post, et par des syndicats notamment le Syndicat Autonome et la CFE-CGC. Ce matin, un communiqué commun a été publié par toutes ces entités afin d'appeler les actionnaires et les créanciers à soutenir le plan de refinancement de leur société.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant