SOLOCAL : Fabrice Rémon, l'un des artisans du plan de restructuration, monte au créneau

le
0

(AOF) - Un nouveau protagoniste du dossier SoLocal, usant de sa "liberté de parole", fait entendre sa voix aujourd'hui : Fabrice Rémon, président de la société Gouvernance en Action, a été appelé il y a huit mois pour mettre au point le premier plan de restructuration de Solocal et vient de publier une lettre ouverte contre ses opposants. Il a été pendant 17 ans associé de la société de défense des petits actionnaires Deminor et membre de la Commission des épargnants de l'AMF.

Il a intitulé son courrier "Lettre ouverte aux actionnaires de SoLocal (et à ceux qui prétendent défendre les intérêts des petits actionnaires)".

Dans cette missive, Fabrice Rémon met en garde contre les conséquences qu'aurait pour Solocal un rejet du plan le 15 décembre : "Aujourd'hui les enjeux sont simples. Soit le plan de restructuration est voté et la société pourra aller de l'avant avec un endettement bien calibré, soit il ne l'est pas et il y aura très rapidement un risque réel de redressement judiciaire et les actionnaires perdront alors tout".

Son propos est de souligner qu'il vaut encore mieux "se tordre le bras" et faire un effort supplémentaire plutôt que d'envoyer Solocal en redressement judiciaire. Un discours qui aura sans doute du mal à passer du côté de certains actionnaires qui assurent régulièrement qu'ils n'ont plus les moyens de remettre au pot de l'augmentation de capital même si rien ne les obligera à souscrire à l'opération.

Il fustige également indirectement les opposants que sont Benjamin Jayet, Didier Calmels ou encore Baudoin de Pimodan : "Ceux qui vous disent que nous avons tout notre temps vous trompent, ils ne poursuivent probablement pas les mêmes objectifs que les vôtres. Les vôtres sont simples, vous cherchez à retrouver une partie de votre investissement. Certains qui poussent la société à aller droit dans le mur en refusant ce nouveau plan de restructuration financière pourraient même y trouver leur intérêt. Ils pourraient en effet être intéressés à racheter la société devant les tribunaux pour une valeur symbolique. N'oubliez pas que les élections présidentielles arrivent prochainement et qu'aucun gouvernement ne souhaitera laisser une entreprise à l'abandon. Mais malheureusement, entre temps, vous aurez tout perdu."

Dans sa lettre ouverte, Fabrice Rémon rappelle que les cabinets de conseils aux investisseurs Glass Lewis et ISS ont appelé à voter contre les résolutions déposées par les opposants au plan. Ces dernières visent à amender le plan de restructuration financière et à demander la révocation du management de SoLocal.

"Aussi, ne vous trompez pas de combat le 15 décembre prochain, lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire de SoLocal. La survie de votre entreprise est en jeu mais également celle de votre épargne", conclut Fabrice Rémon.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant