SOLOCAL : Benjamin Jayet s'interroge sur une organisation "volontaire" du défaut de paiement

le
0

(AOF) - A chaque jour sa nouveauté dans le dossier Solocal ! Hier soir, après la clôture des marchés, le groupe a publié un communiqué indiquant que l'Assemblée générale du 15 décembre était maintenue, ainsi que la réunion des créanciers du 30 novembre. Le management de Solocal y a également pointé l'incertitude qui domine toujours sur l'avenir de la restructuration financière "au vu notamment des dernières déclarations de certains actionnaires de SoLocal Group d’une part et des créanciers d’autre part".

Un rejet du plan "conduira la société à ne pas procéder au paiement de la prochaine échéance d'intérêts sur sa dette financière (échéance du 1er décembre 2016 pour un montant d'environ 15 millions d'euros) et ce dans un contexte où la trésorerie de SoLocal Group se réduit et où PagesJaunes SA, principale filiale de SoLocal Group, ne pourra prochainement plus octroyer de nouvelles avances à SoLocal Group afin de protéger sa capacité financière, de poursuivre normalement son activité opérationnelle et de faire face à ses engagements", indique la société. Le communiqué précise que le rejet du plan par les actionnaires ou les créanciers entrainerait l'entrée dans un état de cessation de paiements de l'entreprise.

Aujourd'hui, Benjamin Jayet, premier actionnaire de Solocal et opposé au plan qui sera présenté le 15 décembre, a réagi à ces déclarations. "Retirer à un actionnaire sa capacité à s'exprimer en agitant le chiffon rouge du redressement judiciaire est ubuesque. C'est du jamais vu !", s'est-il insurgé lors d'un entretien à AOF.

Concernant la perspective d'une cessation de paiement, il souligne que ce dernier serait lié au fait que "les filiales, la plus importante étant Pages Jaunes, pourraient stopper volontairement la remontée de cash au holding Solocal et ainsi organiser sciemment son défaut de paiement". "Je souhaite à Jean-Pierre Rémy, le directeur général de Solocal, de bien mesurer sa responsabilité dans cette organisation. C'est sa responsabilité pas la mienne", lâche Benjamin Jayet.

De plus, le premier actionnaire de Solocal signale que la trésorerie de Solocal s'élevait à 107 millions d'euros au 30 juin. Si le groupe est en cessation de paiement, "cela signifierait qu'il n'y a plus de cash entre fin juin et aujourd'hui. Si c'est vrai, la société n'aurait pas respecté ses obligations d'alerte sur l'état de ses comptes. Je ne peux pas penser que Solocal ait pu faillir à ses obligations". Et pour Benjamin Jayet, si le Tribunal de Commerce devait se saisir du dossier, "il exigera d'abord de débloquer les remontées de cash et ne mettra pas Solocal en redressement".

Enfin, réaffirmant comme il l'avait déjà fait la semaine dernière, qu'il ne souhaite pas "renverser la table" le 15 décembre, Benjamin Jayet lance un appel aux créanciers de Solocal. "J'appelle les créanciers à nous mettre autour de la table avant l'Assemblée générale du 15 décembre pour avoir une discussion sereine et apaisée. Je peux rencontrer les créanciers dès demain s'ils le veulent !", assure le premier actionnaire.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant