Solidarité : cliquez, c'est donné !

le
0
Solidarité : cliquez, c'est donné !
Solidarité : cliquez, c'est donné !

Faire un don en nature aux plus démunis, c'est le plus souvent déposer un ou plusieurs achats dans le chariot d'une association juste après le passage aux caisses d'un supermarché. Les Restos du cœur ont ainsi organisé, le week-end dernier, leur collecte nationale dans la plupart des grandes et moyennes surfaces, incitant les clients à offrir boîtes de conserves ou petits pots pour bébé.

L'Agence du don en nature (ADN) propose, jusqu'à samedi, une nouvelle façon de se montrer solidaire vis-à-vis des 9 millions de personnes vivant, en France, en dessous du seuil de pauvreté. Plus besoin de se déplacer, la collecte se fait entièrement en ligne, sur le site marchand Amazon, et permet aux particuliers de donner en quelques clics, aussi facilement que lorsqu'ils passent commande en ligne pour eux.

Il suffit à l'internaute de choisir parmi une trentaine de produits non alimentaires réunis dans une liste de course (www.amazon.fr/don-en-nature). Des produits ménagers (lessive, spray nettoyant...), de toilette (rasoirs, shampooing, papier hygiénique...) ou pour bébé (couches, biberons...) sont disponibles à l'achat, à des tarifs compris entre 10 et 55 €, selon l'article et la quantité. C'est Amazon qui se charge de la livraison à l'adresse indiquée par l'Agence du don en nature. ADN redistribue ensuite les produits en fonction des besoins des quelque 700 associations caritatives (dont les Restos du cœur, Emmaüs, Sol en Si...) avec lesquelles elle est en lien.

Pour ADN, la technique a plusieurs avantages, à commencer par celui de proposer à l'achat une sélection de produits dont elle manque le plus. Il s'agit également pour l'organisation, qui intervient depuis sept ans exclusivement auprès d'industriels et de grandes enseignes afin qu'ils lui donnent leurs invendus neufs, de mobiliser le grand public. « Nous souhaitons multiplier par deux les dons d'ici trois ans en développant le don virtuel », ambitionne Stéphanie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant