Soldes sur Internet: des rabais «gonflés» sur 20% des produits

le
1

INFOGRAPHIE - L'association UFC-Que Choisir épingle dans une enquête publiée ce mercredi les «pratiques artificieuses» de certains professionnels pour amplifier l'intérêt réel des promotions proposées pendant les soldes d'hiver. Elle dénonce par exemple la promesse de rabais mirifiques... mais introuvables.

«Gare aux soldes au rabais!» Alors que débute ce mercredi la troisième démarque des soldes d'hiver, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir publie une enquête sur le «nombre exact de produits réellement soldés et sur le vrai montant des rabais» proposés par les sites de e-commerce*. Son verdict n'est pas flatteur. Selon l'association, les sites marchands respectent globalement la loi encadrant les soldes, mais usent de multiples moyens de la contourner. Certains professionnels s'appuieraient ainsi sur des «pratiques artificieuses pour amplifier l'intérêt réel» des promotions.

Tout commence avec l'affichage des promotions. Des rabais «mirifiques» sont généralement proposés sur les pages d'accueil des sites. «Mais pour mieux attirer le chaland, un tiers des sites monte en épingle le rabais le plus élevé d'un rayon qui trop souvent ne porte que sur des articles peu chers et en très faible nombre», affirme l'UFC-Que Choisir qui cite, par exemple, l'accroche «Jusqu'à -80%» pour le rayon «image et son» chez Pixmania. Une ristourne en réalité uniquement repérée sur un protecteur d'écran vendu à 1 euro. De même, les réductions allant jusqu'à 85% vantées par CDiscount ne concernent que quatre produits vendus à moins de 20 euros.

En réalité, selon l'association, les rabais sont restés très modestes: seulement -15% en moyenne à l'ouverture des soldes et -19% à la deuxième démarque. Et sur les produits les plus chers, les soldes sont encore plus rares. Si entre 20 et 30% des produits vendus au prix moyen de 40 à 56 euros dans les rayons Maison et cuisine, puériculture ou téléphonie de la Fnac sont soldés, seuls 1 à 2% bénéficient de réduction dans les rayons TV-home-cinéma, ordinateurs et tablettes, vendus entre 688 et 1330 euros.

infographie rabais solde Pour compenser «l'effet déceptif» du faible nombre de soldes sur ces produits les plus chers, certains sites n'hésitent pas à étoffer leurs pages avec d'autres types de promotions, siglées «Bonnes affaires», «Vente flash», «Exclusivité Internet», «Prix fou» ou encore «Offre spéciale». Une confustion des genres destinée à maintenir l'intérêt du chaland, tout en échappant à la loi sur les soldes qui exige une réduction réelle des prix. Les prix dans le cadre d'autres offres promotionnelles, en effet, ne sont pas encadrés. Sur le site d'Auchan, les soldes représentent ainsi 100% des offres commerciales sur les articles de cuisine, tandis que cette proportion tombe à 31% pour l'informatique et 20% sur le rayon TV, image et son.

Rabais «gonflés»

Outre ces stratégies d'embellissement des soldes, l'UFC-Que Choisir dénonce des rabais «gonflés» pour 20% des produits. Certains sites tels que Webdistri ont augmenté les prix de certaines références juste un mois avant que celles-ci ne soient soldées. D'après la loi, le prix sur lequel est calculé le rabais doit être le plus bas pratiqué par le vendeur au cours des 30 derniers jours précédant le début des soldes. «Ces hausses en décembre ont pour effet d'afficher des rabais en moyenne deux fois et demie plus élevés que la réalité. Pire, dans 8% des cas, les produits avaient été proposés avant les fêtes à un prix inférieur au prix soldé!»

De même, alors que la loi interdit aux commerçants de se réapprovisionner pour augmenter artificiellement le nombre de produits en soldes, l'association relève que, chez certains commerçants, 13% des produits, introuvables avant décembre, ont été mis en ligne précisément au début de la période réglementaire.

Face à ces «dérives», l'UFC-Que Choisir appelle les consommateurs à la vigilance, les incitant à «ne pas tenir compte des rabais affichés pour déterminer leur choix, mais à comparer les prix entre les différents sites en se basant uniquement sur le prix de vente final». Elle demande par ailleurs à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) d'ouvrir une enquête sur les pratiques des soldes en ligne, mais «aussi dans les magasins physiques». Enfin, l'association enjoint le gouvernement à «renforcer l'encadrement des soldes pour couper court aux mauvaises pratiques» et à «supprimer les soldes flottants qui ajoutent encore à la confusion, en rendant impossible toute comparaison entre les prix soldés et les prix de référence».

* Cette étude s'appuie sur un échantillonnage de 2900 produits testés dans le cadre de relevés comparatifs de prix, appartenant aux principales catégories de produits d'équipement de la maison. Douze sites ont été étudiés: Auchan, Boulanger, CDiscount, Darty, Fnac, Grosbill, Les 3 Suisses, MisterGoodDeal, Pixmania, Rue du Commerce, Topachat, Webdistri.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • salaf67 le mercredi 29 jan 2014 à 13:41

    Supercherie.Exemple vécu lors des soldes de janvier :Une paire de chaussures de sport de marque que achetée en magasin, prix affiché 140 Euro -30 % Le même modèle sur internet affiché 140 Euro - 40 à -50 % selon les site. (port gratuit)Le même modèle toujours sur internet mais sur in site allemand 66 euro sans réduc. !!!!!Autre exemple: UFC est moins cher sut internet aussi !!!!!!!!!!