Soldes: pas d'ouverture jusqu'à minuit

le
1
Le BHV renonce à sa «nuit des soldes» et les Galeries Lafayette fermeront à 20 heures.

En ce premier jour des soldes, les employés des grands magasins parisiens ont bien failli passer à l'heure d'été. Les magasins BHV Homme et BHV Rivoli prévoyaient ainsi une «nuit des soldes» mercredi soir avec ouverture des rayons jusqu'à minuit. Une «shopping party nocturne», en quelque sorte, sur le modèle de celle réalisée à la même époque l'an passé et l'année précédente. De quoi mobiliser les employés qui saturent de ces horaires à rallonge et de la surenchère entre grands magasins.

«Pour se faire concurrence, les différentes enseignes multiplient les ouvertures exceptionnelles et ferment de plus en plus tard, pour un chiffre d'affaires, selon nous, pas forcément plus important, explique Florine Biais, membre du syndicat CGT BHV Rivoli. Cette guerre commerciale, sous couvert de services rendus au consommateur, se fait toujours au détriment des employés.»

Or, toute heure effectuée après 21 heures reste considérée comme étant du travail de nuit. Saisi par les syndicats CGT des Galeries Lafayette Haussmann, du BHV Rivoli et du CLIC-P (comité de liaison intersyndical du commerce de Paris), le tribunal de grande instance de Paris a donc interdit aux grands magasins BHV et Galeries Lafayette, dans une ordonnance rendue lundi 25 juin, d'étendre leurs amplitudes d'ouverture en soirée.

100.000 ¤ par jour

Menacé d'avoir à régler une astreinte d'un montant de 300.000 ¤ en cas d'ouverture après 21 heures, le BHV renonce à ouvrir mercredi soir jusqu'à minuit. L'amende a été dissuasive. Au point que l'enseigne demande même à ses employés de fermer boutique à 20 h 45, pour être certaine que tous les employés auront bien quitté officiellement les lieux à 21 heures tapantes.

Marche arrière aussi pour les Galeries Lafayette Haussmann qui prévoyaient d'ouvrir leurs magasins jusqu'à 22 heures les 27, 28 juin et 5 juillet puis de «systématiser» l'ouverture jusqu'à 21 heures, tous les jours jusqu'au 11 août. L'enseigne revient presque à ses horaires habituels: fermeture à 19 h 30, du lundi au samedi, à 21 heures le jeudi.

Contrevenir à l'ordonnance du juge des référés de Paris aurait coûté 100.000 ¤ par jour au grand magasin. À raison de 39 jours (du 27 juin au 11 août), l'addition aurait été salée pour l'enseigne. Seul changement notable - premier jour des soldes oblige -, l'enseigne ouvrira ses portes à 8 heures ce matin et fermera ses portes à 20 heures durant toute la période des rabais.

À deux pas de là, sur le même boulevard, le Printemps Haussmann n'a pas fait de surenchère. Il est vrai qu'il bénéficie depuis des années de l'autorisation d'ouvrir en nocturne tous les jeudis soir, jusqu'à 22 heures. Mercredi, vendredi et samedi soir, le Printemps Haussmann restera ouvert jusqu'aux 21 heures limites. Et enchaînera sur une ouverture exceptionnelle dimanche. C'est là le prochain chantier des syndicats: préserver le repos du dimanche et, si possible, interdire l'ouverture en semaine après 21 heures.

LIRE AUSSI:

» Crise et météo rendent les soldes incertains

» Les Parisiens ont boudé les soldes d'hiver

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mercredi 27 juin 2012 à 08:03

    ben tient , pourquoi pas ouvrir 24h sur 24 ??? de toute manière les gens qui ont 100€ dans le porte monnaiene peuvent pas en dépenser 200