Soldes: «Les Français n'ont plus aucune notion des prix»

le
2

INTERVIEW - Soldes, promotions, ventes privées, ventes flash... Les Français ont aujourd'hui l'embarras du choix pour acheter un produit moins cher, selon Nathalie Damery, présidente de l'Obervatoire Société et Consommation (ObSoCo), qui préconise une réforme drastique des soldes.

Les soldes d'hiver débutent ce mercredi. Et comme depuis plusieurs années, cette période officielle de prix cassés a été précédée par une vague de promotions dans la plupart des enseignes. Une frénésie qui a démarré cette saison dès la mi-décembre alors que la fin d'année, marquée par les attentats et une météo douce, a été très difficile pour les commerces. Soldes, promotions, ventes flash... les Français «n'ont plus aucune notion de la valeur prix», selon Nathalie Damery, présidente de l'Obervatoire Société et Consommation (ObSoCo).

LE FIGARO - Les promotions ont démarré dès avant Noël cette année, deux semaines avant les soldes. Pourquoi les commerçants n'attendent-ils plus la période officielle de rabais?

Nathalie Damery - Ce contexte confirme une tendance qui existe déjà depuis plusieurs années. Les soldes privés et autres opérations promotionnelles tout au long de l'année se sont multipliés sous l'effet de la concurrence, et notamment avec l'essor de l'e-commerce. La période légale de six semaines des soldes est très longue. À tel point que la concurrence entre enseignes s'exacerbe même durant cette période. D'autres pratiques accentuent cette bataille promotionnelle, comme le développement des achats d'occasion ou de la revente de produits. Les Français ont aujourd'hui l'embarras du choix pour acheter un produit moins cher. Grâce à certains modes de consommation, issus de l'économie collaborative, par exemple, chaque euro dépensé permet d'avoir plus.

Les soldes ont-ils encore un intérêt pour les consommateurs?

Les soldes ne sont plus un temps fort de consommation, pour lequel les Français mobilisent leur épargne ou prennent des RTT. Cette période est noyée dans une offre de promotions extrêmement concurrentielle, qui fait de l'ombre aux soldes. Les Français ont perdu leurs repères sur les prix, et les soldes devraient être totalement repensés.

Quel serait, selon vous, la réforme idéale des soldes?

J'envisage deux scénarios. Le premier serait d'arrêter complètement les soldes, au profit d'un ou plusieurs évènements plus spectaculaires chaque année, sur une ou deux journées, comme le «Black Friday» aux États-Unis. La deuxième idée serait de repositionner le concept même de soldes, en décorrélant le discours qui entoure cet évènement de la notion de prix. Il faudrait sensibiliser le consommateur à d'autres arguments, par exemple en faveur du commerce indépendant en centre-ville. Les soldes peuvent être promus comme une période qui permet de faire vivre les petits commerces et d'éviter leurs fermetures dans certaines villes. Il faudrait s'inspirer de ce qui a été fait dans le cadre de la consommation alimentaire pour promouvoir les circuits courts, comme la vente directe des petits producteurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.