Soldes d'hiver : des rabais importants, mais pas de frénésie pour le premier jour

le
0
Phase4Photography/shutterstock.com
Phase4Photography/shutterstock.com

(AFP) - "-50%", "tout à 29 euros": les rabais consentis par les commerçants à l'occasion du premier jour des soldes d'hiver étaient comme prévu mercredi matin particulièrement importants. Mais côté affluence, les débuts apparaissaient plutôt timides.

Dans les grandes enseignes de prêt-à-porter du centre de Paris, il n'y avait pas foule mercredi matin.

"Le trafic est assez mou", a noté Aude de Moussac, experte consommation chez Kurt Salmon, après une première tournée chez les commerçants.

Les amateurs de mode étaient certes présents du côté de l'Opéra, fouillant ici ou là entre les rayons en quête de bonnes affaires, mais pas de cohue et encore moins de file d'attente aux caisses, a constaté une journaliste de l'AFP.

Il faut dire que beaucoup de clients, à l'image de Marie et Aurélie, deux étudiantes, avaient déjà commencé les soldes depuis longtemps, après avoir reçu des SMS de promotions de plusieurs marques depuis Noël.

"On voit que les enseignes qui n'ont pas fait de ventes privées ou de réductions en avance, comme Zara ou Uniqlo, conservent une certaine attractivité. Alors que chez les autres, les clients, hormis les modeux avertis, n'ont pas fait l'effort de se déplacer aux premières heures du jour", remarque Mme de Moussac.

En province aussi, l'affluence des grands jours était loin d'être au rendez-vous. A Rennes, les soldes ont débuté sans frénésie, la majorité des commerçants signalant un tassement par rapport à 2013.

Dans les centres commerciaux de région parisienne, la tendance apparaissait un peu meilleure, avec un "niveau de fréquentation globalement comparable à celui des autres années", a indiqué Nicolas Kozubeck, directeur des Quatre Temps.

"On a eu un départ plutôt favorable avec 10.000 visiteurs la première heure et on devrait finir la journée au même niveau que l'an dernier", estime-t-il.

Premier bilan plus contrasté dans les grands magasins

Aux Galeries Lafayette de Strasbourg, la traditionnelle file d'attente précédant l'ouverture était bien là, avec près de 400 personnes massées devant les portes avant 8H00.

A Paris, "on a eu une bonne première heure et demie, mais depuis il y a un certain ralentissement, donc pour le moment, c'est plutôt en demi-teinte", a commenté Agnès Vigneron, directrice du grand magasin de la capitale.

Seuls les vrais habitués comme Jacky, la cinquantaine, les bras déjà chargés de pantalons et de pulls, ont réservé leur matinée. "C'est la tradition, je viens chaque année", explique-t-il.

"En plus cette année, il n'y a pas trop de monde, donc c'est plutôt agréable" souligne-t-il.

Caroline Pio a fait spécialement le déplacement de Marseille à Paris. La jeune femme, qui considère les soldes comme un "plaisir", avoue ne pas avoir fixé de budget particulier.

"Il y a vraiment de bonnes démarques cette année, et beaucoup de choix", explique-t-elle, ravie, en fouillant les portants.

"Les commerçants, qui ont beaucoup de stocks à écouler cette année, ont frappé fort en termes de démarques, avec une moyenne de réductions autour des -40%", remarque Aude de Moussac.

Et les étiquettes à plus de -60% ne sont pas rares. Même les Galeries Lafayette ont prévu cette année pour la première fois un nouvel espace "grande braderie à -70%".

Et "gare à ceux qui n'ont pas suivi cette tendance. Les enseignes proposant seulement des -20% avaient un trafic quasi-inexistant ce matin", note Mme de Moussac.

C'était notamment le cas chez les indépendants de province, comme la boutique Vintage Corner à Besançon, où les soldes ont débuté très calmement. "Les gens passent, regardent les démarques pratiquées et repartent faire un tour pour comparer les prix", constate un peu dépité Olivier Lecossois, le gérant, expliquant l'impossibilité pour lui de s'aligner sur les -50% des grandes chaines.

Sur internet, les sites ayant consenti de gros rabais tiraient aussi leur épingle du jeu.

Spartoo, qui a "accéléré les taux de démarques par rapport aux années précédentes", a connu une première heure en progression de 15% par rapport à 2013, de même que Sarenza qui signalait une "ruée sur (les) plus importantes démarques à -50 et -60%".

Mais comme dans les réseaux physiques, la pratique de "soldes avant les soldes" a quelque peu effacé les pics de fréquentation habituellement constatés, constatait-on chez PriceMinister.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant