Soldes d'hiver : bilan morose, sauf pour le e-commerce

le
0
Les sites d'e-commerce ont vu leurs ventes augmenter de 7% par rapport à l'an dernier, alors qu'au contraire les magasins «physiques» accusent dans l'ensemble une baisse de leur chiffre d'affaires.

Alors que les soldes d'hiver s'achèvent, les boutiques en ligne constatent une hausse moyenne de 7% de leur chiffre d'affaires par rapport à l'an dernier, selon la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad). Un succès qui tranche avec le bilan morose des commerçants «physiques», qui affichent dans l'ensemble des ventes en baisse.

Le site Brand Alley relève un panier moyen stable à 90 euros, et un chiffre d'affaires en hausse de 10% par rapport à l'hiver dernier. La vague de froid et de neige de la mi-janvier a entraîné «20% de commandes supplémentaires», annonce le site, les produits les plus demandés étant «les manteaux ou doudounes, gilets, gants, pulls, écharpes et bottes.» Des produits plus coûteux, qui ont fait bondir le prix du panier moyen pendant la semaine de neige.

Le réflexe des soldes s'est transposé sur Internet: 50.000 paires de chaussures étaient déjà réservées sur le site du marchand de chaussures en ligne Spartoo à la veille du début des soldes. Ce dernier annonce avoir vendu 700.000 paires durant la période des soldes dans les 20 pays européens où il est présent, pour un chiffre d'affaires en hausse de 25%. Là encore, la vague de froid a déclenché des achats de bottes, faisant gonfler de 7% le prix du panier moyen.

Nathalie Lainé, de la Fevad, décrit un cercle vertueux: «Il y a de plus en plus de sites d'e-commerce, donc de cyberacheteurs.»

Le web doit devenir «un outil complémentaire» pour les boutiques

Le bilan des soldes est beaucoup plus mitigé pour les commerces traditionnels. Selon une étude de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) d'Ile-de-France , les trois quarts des commerçants franciliens estiment avoir fait seulement 20 % de chiffre d'affaires de plus qu'un mois normal, et 55% d'entre eux ont toutefois constaté une baisse de leurs ventes par rapport aux soldes de l'an dernier.

Pour Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement, qui représente les commerçants indépendants, «On est face à une mutation claire: le web doit devenir un outil complémentaire pour les boutiques. Les commerçants qui ont su s'approprier Internet s'en sont mieux sortis que ceux qui voient cette évolution d'un regard méfiant».

La Chambre de commerce et d'industrie d'Ile de France relève que deux tiers des commerçants voient Internet comme «une sérieuse concurrence à leur activité pendant les soldes». Pour faire face, plus de la moitié des magasins sondés ont misé sur leurs clients fidèles, en organisant pour eux des promotions spéciales et des ventes privées. Autre lueur d'espoir: Bernard Morvan note une «prise de conscience» des consommateurs sur le thème du «made in France», qui pourrait jouer en faveur des petits commerçants, «mais qui doit encore se traduire en actes d'achat.»

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant