Soldes d'été: l'engouement ne revient pas, malgré la fin des soldes flottants

le
0

VIDÉOS - Moins de 6 Français sur 10 ont l'intention de participer aux soldes d'été qui démarrent ce mercredi. L'an dernier, ils étaient 82%. La faute à la crise, mais aussi aux ventes privées et promotions ponctuelles.

Crise, ventes privées et boom de l'e-commerce ont clairement changé la donne pour les professionnels de l'habillement. Le temps des grand-messes annuelles que représentaient les soldes semble bien révolu. C'est ce que confirme l'institut de sondage Ifop, qui a réalisé mi-juin pour le spécialiste de la mode en ligne Spartoo, son enquête annuelle sur les intentions d'achats des Français pendant les soldes. De fait, seuls 58% des nos concitoyens déclarent avoir l'intention de participer aux bonnes affaires qui commencent ce mercredi 24 juin jusqu'au 4 août. Un chiffre qui a fondu de 24% sur un an, puisqu'ils étaient plus de 80% à la même époque en juin 2014 (82%). «L'impact de la crise se fait ressentir, même si 16% des sondés déclarent ne pas savoir encore s'ils les feront», analyse Spartoo dans un communiqué. Seule consolation, l'intention de participer aux bonnes affaires reste élevée chez les moins de 35 ans (72%) et chez les jeunes adultes (82% chez les 18/24 ans).

Cette baisse des intentions d'achats confirme une tendance observée depuis plusieurs années. Mais elle est particulièrement forte cette année. La fin en 2015 des soldes flottants (deux semaines de soldes par an placées à discrétion du commerçant), censée redonner de l'attrait aux soldes classiques, n'aura donc pas eu l'effet escompté. Outre la crise, la montée en puissance des ventes privées et promotions tout au long de l'année pèsent chaque année un peu plus sur l'intérêt de ces soldes bisannuels.

Dans un secteur du textile-habillement en retrait depuis 7 ans, de plus en plus de marques tentent en effet d'attirer le chaland à grands renforts de promotions tout au long de l'année, ou de ventes événementielles juste avant l'ouverture officielle des soldes. Chez le spécialiste de la mode enfantine Jacadi, les ventes privées pour les clientes fidèles ont ainsi démarré le 10 juin. Chez Comptoir des Cotonniers, le 17 juin. Idem chez le spécialiste de la mode bohème Antik Batik. Selon le site Brandalley, il faudra donc pratiquer des forts rabais (au moins 50%) pour espérer voir les Français se ruer en magasin.

Plus d'ouvertures et de multicanal

Dernière raison de ce désintérêt, les clients ont modifié profondément leur habitudes d'achats, profitant des bonnes affaires sur Internet. «Près d'un Français sur deux interrogés estime qu'Internet demeure le lieu idéal pour réaliser les meilleures affaires», analyse Spartoo. C'est 12% de plus que l'hiver dernier. Ce changement d'habitude touche en particulier la mode: parmi ceux qui comptent faire les soldes, 82% achèteront ainsi des vêtements en ligne.

Pour pallier cette érosion, les magasins élargissent tant qu'ils peuvent leurs horaires d'ouvertures, notamment la première semaine, la plus forte en termes de ventes. Ce sera le cas encore cette année du Printemps Haussmann à Paris, magasin iconique des soldes qui réalise 11% de son chiffre d'affaires annuel durant les six semaines de rabais estivaux. Il ouvrira dès 8 heures ce mercredi, et fermera à 20h45 (tout comme le vendredi 26 et le samedi 27 juin). Service voiturier, consigne 24h/24 et styliste personnel: tout est fait pour attirer une clientèle haut de gamme et touristique. D'autres enseignes espèrent pouvoir profiter de la montée en puissance de l'e-réservation (réservation de produits en ligne et paiement en magasin) ou du «click and collect» (retrait en magasin), pour doper le trafic de leur boutique. Toujours selon Spartoo, ces deux services, toujours proposés gratuitement par les enseignes, seront utilisés par 25% des participants aux soldes.

VIDÉO - La Fédération française du prêt-à-porter souhaite un report d'un mois des soldes d'été.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant