Soldat US contre prisonniers de Guantanamo : Obama justifie son choix

le
0
Soldat US contre prisonniers de Guantanamo : Obama justifie son choix
Soldat US contre prisonniers de Guantanamo : Obama justifie son choix

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, puis le président Barck Obama, ont annoncé samedi que cinq prisonniers de Guantanamo allaient être libérés, simultanément à l'annonce de la libération en Afghanistan d'un soldat américain qui y était prisonnier depuis cinq ans.

«Nous maintenons notre engagement ferme de ramener tout prisonnier de guerre américain à la maison. C'est pour ça que nous sommes Américains. Les Etats-Unis ne laissent pas derrière eux les hommes et les femmes qui combattent avec l'uniforme», a justifié Barack Obama samedi soir.

"The United States does not ever leave our men and women in uniform behind." ?President Obama? The White House (@WhiteHouse) 31 Mai 2014

Même si le deux événements semblent liés, le patron du Pentagone ne voulait pas établir de lien direct entre la libération du soldat américain et celle des prisonniers de Guantanamo dans l'après-midi. Le sergent américain est en «bonne condition» et se trouve sous traitement médical sur la base aérienne de Bagram, un complexe militaire géant au nord de Kaboul, ont par ailleurs annoncé des responsables américains. De leur côté, les rebelles islamistes afghans se sont félicités de la libération des cinq prisonniers afghans de Guantanamo, une «grande satisfaction».

Un peu plus tôt, le président américain Barack Obama s'était déjà réjoui de la libération du sous-officier. «Aujourd'hui, le peuple américain est heureux de pouvoir bientôt accueillir chez lui le sergent Bowe Bergdahl, retenu captif durant près de cinq ans» en Afghanistan, a indiqué Barack Obama dans un communiqué, en remerciant l'émir du Qatar pour son aide dans la libération du prisonnier.

L'émir du Qatar en question n'est autre que le cheikh Tamim ben-Hamad al-Thani, propriétaire du PSG depuis 2012.

Les 5 libérés de Guantanamo, des cadres importants de l'ancien régime taliban

Les cinq prisonniers afghans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant