Solar Impulse se résigne à patienter encore sous son hangar au Japon

le
0
Solar Impulse se résigne à patienter encore sous son hangar au Japon
Solar Impulse se résigne à patienter encore sous son hangar au Japon

L'avion révolutionnaire Solar Impulse 2, qui a dû renoncer à décoller du Japon, était remisé dans son hangar mobile mercredi matin à Nagoya (centre du pays) dans l'attente d'une météo durablement clémente."Solar Impulse 2 est revenu sous son hangar, mais pour combien de temps?", s'interrogeaient à l'aube (heure du Japon) les organisateurs de ce défi technologique sur leur compte Twitter."La priorité est la sûreté de l'avion et du pilote. Je pense qu'il n'y aura rien de nouveau avant vendredi", a ensuite indiqué à l'AFP une porte-parole de la mission à Nagoya.Le départ était initialement prévu mercredi à 02H30 locales (mardi 17H00 GMT).Le pilote André Borschberg était déjà à bord, prêt à endurer un vol de 5 jours et 5 nuits devant le mener d'une traite de Nagoya à Hawaï.Mais l'avion est resté immobile sur le tarmac, tandis que des visages de plus en plus circonspects apparaissaient sur les images captées en direct dans la salle de contrôle à Monaco.Quand une heure plus tard, le deuxième pilote en alternance, Bertrand Piccard, a déclaré que "la possibilité était déjà perdue de faire demi-tour et revenir à Nagoya en cas de problème après le décollage", l'ambiance s'est refroidie.Puis est venue la déception quand a été annoncée la décision, un peu avant 04H00 au Japon (mardi 19H00 GMT), d'annuler le décollage qui devait impérativement avoir lieu avant le lever du jour (vers 04H30 en cette saison)."Quand la décision avait été prise plus tôt dans la journée de faire une tentative, nous savions que nous étions dans des conditions limites", a reconnu M. Piccard.Or, lorsque la météo a changé, il n'était pas possible selon lui de différer le départ de deux ou trois heures, car "le jour se lève et le temps devient trop venteux et trop chaud, et c'est trop tard pour décoller, l'avion risque d'être abîmé s'il n'est pas mis à l'abri dans son hangar mobile".- ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant