Solar Impulse: l'avion solaire atterrit à Washington

le
0
Solar Impulse: l'avion solaire atterrit à Washington
Solar Impulse: l'avion solaire atterrit à Washington

L'avion expérimental propulsé par l'énergie solaire Solar Impulse a atterri dans la nuit de samedi à dimanche à l'aéroport de la capitale Washington, avant-dernière étape d'une traversée des Etats-Unis avant l'arrivée prévue à New York début juillet.Le monoplace, piloté par le Suisse Bertrand Piccard qui alterne aux commandes avec son compatriote André Borschberg, a atterri en douceur à l'aéroport Dulles International à 00H15 dimanche (04H15 GMT) en Virginie, près de Washington.Peu après son atterrissage, Bertrand Piccard a confié sa joie d'avoir accompli ce vol: "Cela peut paraître facile, mais c'est le fruit de beaucoup de travail a-t-il déclaré, soulignant les efforts fournis en une dizaine d'années, dont le développement de l'avion et l'étude des records météo historiques et actuels.Il a ajouté que le vol avait démontré que "nous pouvons accomplir des choses incroyables" avec les énergies nouvelles, vantant les mérites de son avion "si efficace, si fiable qu'il peut voler sans combustible jour et nuit."L'avion restera environ deux semaines dans la région de Washington et sera exposé au musée national de l'air et de l'espace de la Smithsonian Institution."Félicitations et bienvenue" a posté le musée sur son compte Twitter peu après l'atterrissage de l'avion, dont les images ont été diffusées en direct sur le compte live.solarimulse.com.L'appareil de 1.600 kg en fibres de carbone a une envergure de 63,4 m, équivalente à celle d'un Boeing 747 et dépend de 12.000 cellules photovoltaïques capables de produire l'électricité suffisante pour charger sa batterie au lithium de 400 kilos, nécessaire à l'alimentation des quatre moteurs électriques à hélice de 10 chevaux chacun, de jour comme de nuit.Le vol depuis Cincinnati (Ohio), a duré 14 heures. Initialement, les deux aventuriers suisses avaient prévu un vol direct de Saint Louis à Dulles mais les vents forts de face et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant