Solar Impulse 2 survole l'Atlantique pour rallier l'Europe

le
0
Solar Impulse 2 survole l'Atlantique pour rallier l'Europe
Solar Impulse 2 survole l'Atlantique pour rallier l'Europe

L'avion solaire Solar Impulse 2 survolait l'Atlantique lundi, après avoir quitté New York pour une 15e et périlleuse étape de son tour du monde avec le soleil pour unique carburant, qui doit le conduire d'ici quatre jours à Séville, en Espagne.Le "SI2" a quitté New York et l'Amérique à 02H30 locales (06H30 GMT) pour un long périple qui devrait durer au total quelque 90 heures.Le prince Albert de Monaco a donné, depuis le Rocher de la principauté où se trouve le centre de contrôle des opérations, le feu vert au pilote suisse Bertrand Piccard."7% du vol transatlantique déjà effectués ! #Europe, es-tu prête pour le retour du #Si2 sur le continent ?", a tweeté Solar Impulse près de huit heures après le décollage de l'aéroport new-yorkais JFK.Bertrand Piccard, qui ne pourra s'octroyer que quelques siestes durant la traversée, a lui décrit lundi matin sur Twitter "le ciel rose" en face de lui, au-dessus de l'océan Atlantique, où son avion ultra-léger se trouve à la merci des éléments.Le vol, le deuxième plus long de l'épopée, se déroule pour l'instant "sous une journée sublime, sans le moindre nuage" à l'horizon, a ajouté l'équipe de la mission sur son site internet.L'avion ne pouvant transporter qu'un seul pilote, Bertrand Piccard, 58 ans, et son compatriote André Borschberg, 63 ans, se relaient à chaque étape pour accomplir à tour de rôle les longs vols en solitaire."Cette fois, c'est moi dans le cockpit mais nous volons ensemble", a confié Bertrand Piccard à son copilote avant de monter dans son "avion de papier".Il était revenu à André Borschberg la lourde tâche de piloter l'appareil pour son étape de 6.437 kilomètres au-dessus du Pacifique, entre Nagoya au Japon et Hawaï. - 'Réseau électrique intelligent' -Solar Impulse 2, pas plus lourd qu'une fourgonnette mais aussi large qu'un Boeing 747, vole à une vitesse moyenne de 50 km/h grâce à des batteries ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant