Solaire : les professionnels partagés sur le plan de NKM

le
0
Pour nombre d'industriels du secteur photovoltaïque, les appels d'offres dévoilés par Nathalie Kosciusko-Morizet ne raviveront pas la dynamique de la filière, qu'ils jugent cassée. D'autres espèrent son renouveau.

A la ministre de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet qui propose «un nouveau pacte de confiance à l'industrie photovoltaïque», Richard Loyen, délégué général d'Enerplan qui regroupe une centaine d'entreprises du secteur, rétorque qu'il attend «des preuves» car «le pacte de confiance précédent a été rompu». Et lorsque NKM admet «des ajustements» dans les emplois du secteur suite au moratoire de trois mois décidé en décembre, lui parle d'«hécatombe», estimant entre 5.000 et 7.000 le nombre d'emplois supprimés depuis la fin de l'an dernier, sur environ 25.000. Une fourchette en accord avec ceux du principal organe représentatif de la filière, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) qui évoque 5000 pertes d'emplois.

Même si le moratoire puis les nouveaux tarifs et règles publiés en mars ne concernaient pas les particuliers, ce marché qui fait vivre des centaines de PME s'est «écroulé» selon Richard Loyen. Le représentant d'Enerplan rappelle a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant