Solaire : le flou réglementaire paralyse l'investissement 

le
0
L'américain First Solar retarde sa décision de construire une usine de fabrication de panneaux en Gironde.

Six mois après le début du moratoire décidé par le gouvernement pour réorganiser la filière solaire, l'incertitude règne toujours autour des grands projets industriels. À cela une bonne raison: les pouvoirs publics doivent encore décider à quel prix EDF achètera le courant d'origine photovoltaïque, produit par les installations solaires. Cet élément et les autres caractéristiques des appels d'offres seront cruciaux pour le décollage de la filière. L'incertitude actuelle refroidit donc les industriels prêts à de lourds investissements. L'américain First Solar, par exemple, spécialisé dans les centrales au sol et les grandes toitures, aurait dû construire cette année à Blanquefort (Gironde) une usine de fabrications de panneaux solaires, dédiée au marché français. Ce projet, estimé à 96 millions d'euros, est assorti de 420 emplois permanents, sans compter ceux liés aux sous-traitants.

«Pour le moment, nous ne disposons d'aucune visibilité, ce qui rend...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant