Sofia renverra ou enfermera les réfugiés coupables de violences

le
1
    HARMANLI, Bulgarie, 25 novembre (Reuters) - Les demandeurs 
d'asile qui se sont heurtés à la police jeudi dans le camp de 
réfugiés de Harmanli, dans le sud de la Bulgarie, seront 
transférés dans des centres fermés, a déclaré vendredi le 
Premier ministre bulgare Boïko Borissov. 
    Les affrontements ont été provoqués par le bouclage 
temporaire du camp, qui abrite quelque 3.000 réfugiés 
majoritairement afghans, pour raisons sanitaires. Plus de 400 
réfugiés ont été interpellés.  
    La police a fait usage de canon à eau et tiré des balles en 
caoutchouc pour mettre fin à l'émeute, qui a fait 24 blessés 
parmi les policiers et trois parmi les migrants, selon les 
autorités.  
    "Ceux qui ont commis ces actes de vandalisme seront traduits 
en justice", a déclaré Boïko Borissov, qui s'est rendu sur place 
et a annulé un déplacement en Hongrie en raison des incidents. 
    "Sur la base d'un accord entre l'Union européenne et 
l'Afghanistan, nous avons demandé qu'un avion commence à 
extrader des personnes du camp début décembre. Pour les autres, 
tous ceux qui ont agi avec brutalité et violé l'ordre public 
seront transférés dans des camps fermés", a-t-il ajouté.  
    Le bouclage du camp de Harmanli, dont les résidents sont 
normalement libres de leurs mouvements, a été ordonné pour 
inspection à la suite de rumeurs faisant état de maladies de 
peau contagieuses. Après vérification, l'Agence de gestion des 
réfugiés, qui gère le camp, a déclaré qu'il s'agissait de 
fausses rumeurs destinées à alimenter la tension. 
 
 (Dimitar Kyosemarliev; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm il y a une semaine

    Normal. Les migrants ne sont pas au dessus des lois.