Société générale veut poursuivre la réduction de ses coûts

le
0
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE VEUT RÉDUIRE SES COÛTS
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE VEUT RÉDUIRE SES COÛTS

par Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - La Société générale veut se recentrer autour de ses principaux métiers d'ici à 2015 et poursuivre la réduction de ses coûts au terme d'une année 2012 marquée par des cessions d'actifs et des charges exceptionnelles qui ont pesé sur ses résultats.

A 11h30, l'action de la banque française, qui a fait état avant l'ouverture de la Bourse d'une perte doublée par rapport au consensus au quatrième trimestre 2012, signait la plus forte baisse de l'indice CAC 40 avec un repli de 3,5% à 31,52 euros.

"La banque a très significativement amélioré sa solidité financière tant en matière de capital que de liquidité", souligne la SocGen dans un communiqué, confirmant son objectif d'un ratio de solvabilité "core tier 1" de 9% à 9,5% à fin 2013 sous le nouveau référentiel réglementaire de Bâle III.

"Nous avons atteint tous nos objectifs", a déclaré Frédéric Oudéa, le PDG du groupe, au cours d'une conférence de presse, avant d'ajouter que 2013 verrait la banque gagner des parts de marché.

La Société générale entend désormais se concentrer sur la suite de sa réorganisation, laquelle devrait se traduire dans les prochains mois par de nouvelles réductions de coûts et la constitution de trois grands pôles :

Un premier autour des réseaux France, une deuxième division réunissant les réseaux internationaux et les services financiers spécialisés et assurances, et une troisième rapprochant la banque de financement et d'investissement et la banque privée, la gestion d'actifs et les services aux investisseurs.

Les détails de cette nouvelle organisation seront déclinés "dans le temps", ajoute la Société générale, qui ne donne pas d'objectifs financiers.

Frédéric Oudéa a indiqué que des discussions avaient été engagées avec les partenaires sociaux et que le groupe "reviendrait" vers les marchés pour annoncer des prévisions.

DES PROVISIONS POUR LITIGES

En 2010, la Société générale avait déclaré vouloir dégager six milliards d'euros de résultat en 2012. La crise de la dette dans la zone euro a tué cette ambition.

La banque française a annoncé mercredi que son résultat net avait basculé dans le rouge au quatrième trimestre.

Plusieurs éléments exceptionnels expliquent cette dégradation. L'entreprise a été contrainte de passer une charge de 686 millions d'euros liée à la réévaluation de sa dette et de provisionner 300 millions d'euros pour "litiges", une décision qui pourrait être motivée par l'enquête en cours sur la manipulation du taux interbancaire Libor.

"Les revenus dans la banque de détail domestique (en France, NDLR) sont stables, ce qui va rassurer", souligne dans une note Guillaume Tiberghien, analyste chez Exane BNP Paribas, notant toutefois que dans la banque de détail à l'international, les revenus ont été plus faibles qu'anticipé et que les charges ont aussi été plus élevées.

L'analyste juge "décevant" le niveau des provisions en Roumanie, où la SocGen est présente via sa filiale BRD.

La perte du groupe sur les trois derniers mois de l'année ressort ainsi à 476 millions d'euros alors que huit analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une perte de 237 millions.

Au titre de 2012, le résultat net s'inscrit à 774 millions d'euros, en diminution de 67,5²%.

Le produit net bancaire recule de son côté de 10,3% à données constantes à 23,11 milliards d'euros sur l'année, et de 14,5% à 5,13 milliards sur le seul quatrième trimestre, période au cours de laquelle le coût du risque signe une accélération de 22,2% du fait de la dégradation de la conjoncture.

Société générale ajoute que son conseil d'administration proposera un dividende de 0,45 euro par action sur la base de ces résultats lors de l'assemblée générale du groupe le 22 mai.

Par ailleurs, la banque a annoncé la nomination de Philippe Heim comme nouveau directeur financier en remplacement de Bertrand Badré, et a confirmé dans le même temps le départ de Jacques Ripoll, le directeur du pôle gestion d'actifs et services aux investisseurs du groupe.

Avec Lionel Laurent et Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant