Société Générale : questions en suspens

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Au micro de BFM, Jean-François Sammarcelli, directeur général de Société Générale, a confirmé le plan de réduction des effectifs, de plus de 1.000 personnes dans le monde, dont 550 au seul siège du groupe. Le programme de réduction des coûts a été lancé en 2012, avec un objectif d'économie de 900 millions d'euros, d'ici à 2015, au moyen d'une « simplification des structures, de l'optimisation des frais de gestion et le déploiement des synergies entre pôles ». 

En effet, même si, à 364 millions d'euros, le bénéfice net part du groupe du premier trimestre s'avère supérieur à ce qu'attendait le consensus (281 millions), il n'en est pas moins inférieur de moitié à celui de la même période de 2012.

Ce résultat a été obtenu à partir d'un produit net bancaire, le chiffre d'affaires des banques, de 5,08 milliards d'euros, un peu supérieur aux attentes, mais inférieur de 19,4% à la période comparable. Les charges du groupe (4 milliards) ont certes diminué de 6,1% mais le coût du risque (provisions, etc.) a progressé de 2,8%, à 927 millions, un montant un peu plus élevé que ce qu'estimait le consensus, à 896 millions. 

Au vu de cette relative stabilité des revenus, dans un environnement économique peu porteur et d'une assez bonne maîtrise des charges, Société Générale fait remarquer que sa solvabilité respecte d'ores et déjà les exigences des normes dites Bale 3, avec un ratio de fonds propres pondéré (définition Tier 1) attendu à 9,5%, à fin 2013. En termes de rentabilité de ses fonds propres, le groupe se dit aussi capable d'atteindre le niveau de 10% pour ce ratio, à fin 2015. 

Dans une note sur ces comptes trimestriels, Oddo Securities regrette que ce plan de réduction des coûts ne soit assorti d'aucun commentaire sur son effet sur les revenus et la solvabilité futurs. Le courtier se demande ainsi comment le modèle des activités de banque de financement et d'investissement doit évoluer pour se conformer aux nouvelles contraintes réglementaires.

L'analyste attend aussi des réponses précises aux questions clés relatives à l'activité de réseau en France. Le bas niveau des taux d'intérêt, la croissance économique faible, sans parler des nouveaux comportements des clients particuliers, obscurcissent les perspectives de Société Générale. 

Achetez.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant