Société Générale paye la nervosité des marchés au prix fort

le
0
Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale. (© DR)
Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale. (© DR)

En Bourse, un adage bien connu prévient : «On ne rattrape pas un couteau qui tombe.» Habituée aux séances volatiles avec une action qui amplifie souvent les variations du marché, Société Générale vient d’en faire l’expérience plutôt amère. Ce jeudi 11  février, l’action a plongé de 12,5% en clôture, après avoir perdu jusqu’à 14% en séance.

Meilleure performance des bancaires en 2015, elle est en revanche la plus sanctionnée du compartiment (-36%) depuis le début de l’année quand BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis reculent respectivement de 28%, 30% et 17%.

4 milliards d’euros de résultat net en 2015

Pourtant, côté chiffres, les motifs de satisfaction ne manquent pas. Malgré un quatrième trimestre marqué par un résultat net de 656 millions d’euros, en hausse de 12,7%, mais inférieur aux attentes, notamment sous l’effet d’une provision de 400 millions d’euros pour litiges, le millésime 2015 se traduit par un bénéfice net de 4 milliards d’euros, en hausse… de 47%.

La banque profite à la fois d’un effet de base favorable - 2014 avait été marché part une dépréciation de survaleur de 525 millions d’euros sur la Russie – et d’impacts comptables positifs sur la valeur de sa dette et des instruments de couverture qui y sont associés. En neutralisant ceux-ci, le résultat net ajusté, plus pertinent, est en hausse de

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant