Société Générale : 700 postes supprimés en France d'ici 2015

le
2
Société Générale : 700 postes supprimés en France d'ici 2015
Société Générale : 700 postes supprimés en France d'ici 2015

La Société Générale a annoncé mardi un plan d'économies de 900 millions d'euros d'ici à 2015, qui vient s'ajouter aux 550 millions d'euros de réductions de coûts déjà réalisées l'an dernier, après un premier trimestre marqué par une chute du bénéfice net du groupe. Un plan économique qui aura aussi pour résultat quelque 700 suppressions de postes en France, comme l'avaient déjà annoncé les organisations syndicales début avril. Société Générale prévoit de supprimer plus de 1000 postes dans le monde dans les trois prochaines années, dont 550 au siège parisien du groupe.

L'information est désormais officielle. Le directeur général délégué du groupe, Séverin Cabannes, l'a confirmée ce mardi matin à la chaîne de télévision CNBC et au journal économique les Echos. «?Nous sommes en train de discuter avec les syndicats en France en vue de réduire les effectifs de 600 à 700 postes?», a déclaré le dirigeant de la banque française, qui s'exprimait à l'occasion de la publication des résultats trimestriels.

Le siège parisien durement impacté

Interrogé sur la radio BFM Business pour savoir si la banque comptait dépasser les 1000 suppressions de postes, le directeur général délégué Jean-François Sammarcelli a répondu : «Assez largement», sans donner de chiffre exact. «Nous allons proposer un certain nombre de réductions d'emplois au siège, qui représentent environ 550 personnes», a-t-il seulement précisé. «Il y aura aussi des réductions d'emplois dans les réseaux en France et à l'international», a-t-il ajouté.

Selon son directeur général délégué, la SocGen emploie environ 154 000 personnes dans le monde, dont 60 000 en France. Interrogé sur les fermetures d'agences, il a indiqué qu'elles allaient être «très progressives», de l'ordre de «quelques dizaines» en 2013/2014. Il a précisé que la direction avait signé un accord «unanime» avec les cinq organisations...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mardi 7 mai 2013 à 10:36

    Peut-être y a-t-il aussi trop de banques dans ce pays. Je remarque qu'en dépit de la crise très sévère qu'a subi ce secteur de son propre fait (les "subprimes"), aucune banque française n'a fermé boutique et les agences bancaires ont continué à fleurir à tous les coins de rue, comme une épidémie.

  • M3182284 le mardi 7 mai 2013 à 10:31

    Il y a une cause à tout ça: le droit du travail en France. Les emplois se créent ailleurs, mais c'est désagréable à lire n'est-ce pas?