Socgen espère que la place de Paris saura profiter du Brexit

le
2
    PARIS, 28 juin (Reuters) - Le directeur général de Société 
générale  SOGN.PA  déclare mardi souhaiter que Paris tire profit 
de la redistribution des cartes entre les différentes places 
financières européennes causée par la sortie du Royaume-Uni de 
l'Union européenne. 
    "Un rééquilibrage devrait s'opérer entre les places 
financières européennes, avec une dynamique plus multipolaire", 
écrit sur le réseau social LinkedIn Frédéric Oudéa, qui fait le 
voeu que "Paris, aujourd'hui challenger, saura tirer parti de 
cette opportunité". 
    Pour le directeur général de Socgen, qui se dit à titre 
personnel "très triste" du Brexit, le choix des électeurs 
britanniques "change la donne".  
    "Les établissements exclusivement basés au Royaume-Uni qui 
accédaient jusqu'à présent à l'ensemble du marché unique 
s'interrogeront naturellement sur leur politique de localisation 
et devraient prendre assez vite des décisions pour créer un 
second pôle d'activité dans une autre place financière dans la 
zone euro", argue le banquier français, par ailleurs actuel 
président de la Fédération bancaire française.  
    Des analystes s'attendent à ce que de grandes banques 
étrangères, notamment américaines, déplacent une partie de leurs 
employés de la City vers une autre place financière au sein de 
la zone euro.  
    La banque d'affaires américaine Morgan Stanley  MS.N  a 
démenti vendredi avoir commencé à transférer vers d'autres pays 
2.000 salariés basés jusqu'à présent à Londres.  
    La concurrence des autres places financières européennes, 
dotées de législations fiscales et sociales plus accommodantes 
que celles de l'Hexagone, fait douter néanmoins certains 
banquiers français de la capacité de Paris à remplacer la City. 
    Frédéric Oudéa insiste néanmoins sur le fait que la City 
restera, quoiqu'il arrive, un acteur important de la finance 
mondiale et que sa banque entend y continuer son développement 
et ses recrutements. 
           
    Voir aussi : 
    Brexit ou pas, Paris veut se poser en alternative à la City 
  
    Brexit-Le référendum est un "booster", assure Paris 
Europlace   
    Brexit-Socgen assure qu'elle poursuivra son développement au 
RU  ID:nL8N19G2OB  
 
 (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 le mardi 28 juin 2016 à 13:12

    Pour les british, le pire est à venir. Avec la nomination de Boris Johnson on peut leur pronostiquer des lendemains qui vont douloureusement déchantés !!!!

  • dotcom1 le mardi 28 juin 2016 à 11:33

    C'est difficile d'attirer le monde de la finance quand on les a traité d'ennemis. Une fiscalité qui décourge le mérite et favorise la rente incide à s'installer ailleurs. Le climat social enfin rend toute entreprise suspicieuse d'une entourloupe à leur dépens.

Partenaires Taux