SOCAR, le sponsor qui tache

le
0
SOCAR, le sponsor qui tache
SOCAR, le sponsor qui tache

Cela n'a échappé à personne. Au milieu des sponsors traditionnels de l'Euro, une inconnue : SOCAR. L'entreprise pétrolière azérie entend bien faire connaître son nom et, surtout, défendre les intérêts de son pays. Ça tombe bien, ce sont aussi ceux de l'UEFA.

Jeudi 9 juin 2016. La France du foot pioche d'impatience. Demain, l'Euro. On va enfin voir les Bleus à l'œuvre. Du côté de la maison de la culture de l'Azerbaïdjan, les Tomahawk de Payet ou l'hyperactivité de Kanté ne sont pas pour autant au cœur des discussions. Autour de Rachida Dati, maire du 7e arrondissement parisien, MM. Amirbayov et Rovnag lancent avec fierté leur championnat d'Europe. Le premier est ambassadeur de l'Azerbaïdjan, le second président de la SOCAR, soit la State Oil Company of Azerbaijan Republic. Un acronyme barbare pour le grand public, qui figure pourtant parmi les dix "partenaires globaux" de l'UEFA Euro 2016™, au milieu des incontournables Coca-Cola, McDonalds ou adidas.


C'est que l'entreprise nationale de pétrole et de gaz du pays caucasien compte bien se faire connaître. Elle a même invité un Marcel Desailly paradant dans un casque de réalité virtuelle siglé de la marque. Un choix judicieux : c'est lui qui avait ouvert le score pour les Bleus face aux Azéris lors du 10-0 historique de 1995. Peut-être les organisateurs ne le savent-ils pas, peut-être aussi qu'ils s'en foutent : ce qu'ils veulent, c'est être une puissance du football contemporain. Et tant pis pour la 138e place de l'Azerbaïdjan au classement FIFA, derrière la Tanzanie. Pour Bakou, le football se passe surtout dans les vestiaires.

Mammadov, Land of Fire et Shakira


SOCAR est une entreprise nationale née en 1992 et héritière des nationalisations de la révolution bolchévique. C'est aussi 60 000 employés et 10% du PIB azéri grâce à l'exploration, la production, le transport et la commercialisation du pétrole et du gaz en Azerbaïdjan et sur plusieurs marchés internationaux. Ainsi en Suisse, où SOCAR s'est fait connaître des profanes en récupérant un réseau de 160 pompes à essence Esso, progressivement rebaptisées SOCAR. C'est justement depuis la Suisse et Nyon que tombe en 2013 le communiqué de presse officialisant sa liaison avec l'UEFA, dans lequel SOCAR se dit "fière d'être associée au monde du sport". Va pour les qualificatifs de l'Euro et de la Coupe du monde 2018, pour le tournoi européen de…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant