Snowden bloqué depuis deux semaines à Moscou

le
0
Snowden bloqué depuis deux semaines à Moscou
Snowden bloqué depuis deux semaines à Moscou

Invisible depuis le 23 juin, Edward Snowden, l'ancien consultant de l'agence de sécurité nationale américaine (NSA) à l'origine du plus grand scandale mondial d'espionnage, est toujours bloqué ce lundi dans l'aéroport de Moscou, malgré les offres d'asile politique en Amérique Latine. Depuis son arrivée en provenance de Hong-Kong où il s'était rendu après avoir quitté son pays d'origine, il se trouve depuis seize jours dans la zone de transit de Cheremetievo. Rien n'a filtré sur ses conditions de vie.

Le Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie se disent prêts à accueillir le jeune homme, défiant ainsi les Etats-Unis. Tous trois entretiennent des relations politiques tendues avec Washington et sont les seules options pour l'informaticien qui a essuyé de nombreux refus, notamment en Europe. Leurs ambassades ont néanmoins déclaré n'avoir «aucune information» à ce jour sur le sort de Snowden.

La Russie a indiqué ce lundi qu'elle n'était pas concernée : «Ce n'est pas notre affaire», a tranché Dmitri Peskov, le porte-parole du président Vladimir Poutine. Pourtant, si le séjour de Snowden à Moscou devait se prolonger, il pourrait entraîner l'annulation de la visite du président américain Barack Obama dans la capitale russe début septembre, à la veille du G20 à Saint-Pétersbourg, affirme le quotidien Kommersant en citant une source au département d'Etat américain. Le porte-parole du chef d'Etat russe a estimé que ces informations étaient «absurdes».

Comment Snowden peut quitter Moscou sans vol direct vers l'Amérique latine ni passeport ?

Il n'existe pas de vol commercial direct au départ de Moscou vers la Bolivie, le Venezuela et le Nicaragua. L'ancien consultant doit donc faire une escale à La Havane. Raul Castro, le président cubain, n'a fait jusqu'ici aucune allusion à cette éventualité. Il soutient, en revanche, «le droit souverain» des Etats d'Amérique latine d'accorder l'asile à «ceux qui sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant