Snowden affirme avoir adressé une demande d'asile au Brésil

le
0
Snowden affirme avoir adressé une demande d'asile au Brésil
Snowden affirme avoir adressé une demande d'asile au Brésil

L'ancien consultant de l'agence de sécurité nationale NSA, Edward Snowden, actuellement réfugié en Russie, affirme avoir transmis une demande formelle d'asile au Brésil, dans une interview à la chaîne de télévision brésilienne Globo diffusée dimanche soir."Mon droit d'asile ici (en Russie) prend fin au début du mois d'août. Si le Brésil m'offre (l'asile), je serais heureux de l'accepter (...), j'adorerais vivre au Brésil", a notamment déclaré Edward Snowden, à l'origine des révélations sur l'étendue de la surveillance électronique américaine.Edward Snowden avait déjà exprimé son intention de se réfugier au Brésil, dans une lettre ouverte aux Brésiliens."Quand j'étais bloqué à l'aéroport de Moscou (après la révocation de son passeport américain il y a dix mois), j'ai adressé une demande d'asile à différents pays, parmi lesquels figurait le Brésil. Une demande formelle", a précisé Edward Snowden.Selon Snowden, le ministère brésilien des Affaires étrangères n'a pas considéré que cette demande avait été faite en bonne et due forme. "Pour moi, il s'agit de quelque chose de nouveau, comme si je n'avais pas respecté la procédure", a encore affirmé l'ancien consultant de la NSA.Edward Snowden a réaffirmé ne pas avoir "offert de documents à quelque pays que ce soit en échange de son asile, étant donné que celui-ci doit être accordé pour des raisons humanitaires".L'ancien consultant américain a ajouté que lorsque son passeport américain avait été révoqué, il se dirigeait vers l'Equateur."Je n'ai jamais choisi d'aller en Russie, j'étais en route pour l'Amérique latine, vers l'Equateur, mais mon passeport a été supprimé et je n'ai pas pu continuer à voyager", a-t-il dit.Enfin, M. Snowden a affirmé de nouveau qu'il avait été un espion américain de haut rang réfutant l'idée propagée, d'après lui, par Washington selon laquelle il n'était qu'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant