Snoop du monde

le
0
Snoop du monde
Snoop du monde

En couverture du numéro 5 de Society, Snoop Dogg, qui sort son nouvel album (Bush) le 11 mai, a une histoire avec le football qui a débuté il y a un peu plus de dix ans suite à une sombre affaire de disque rayé. Depuis, il est devenu pote avec David Beckham, a tenté d'investir dans le Celtic Glasgow et, surtout, passe son temps à recouvrir son grand corps maigre de maillots de foot.

Difficile de faire moins réactif. Trimballant sa silhouette de grand échalas dans un studio de Conway Recordings, à Hollywood, Snoop Dogg ne bronche pas lorsqu'il découvre un maillot du PSG floqué à son pseudonyme. Parce que le soccer lui en touche une sans faire bouger l'autre ? Un flash, deux flashs. Alors que la photographe s'apprête à reposer son appareil, le Chien la stoppe d'un demi-geste de la main. "Une autre", marmonne-t-il, oubliant momentanément le blunt qui traîne dans le cendrier. S'il n'a pas manifesté son enthousiasme de manière très expressive, ce serait donc lié au fait qu'il n'est qu'assez rarement très expressif. Ou alors parce que sa collection de maillots de foot est déjà presque aussi fournie que celle de Loulou Nicollin.
Le disque rayé de Madden NFL
Depuis des années, en effet, Snoop demande aux organisateurs de ses concerts de lui fournir un maillot du club de sport co de la ville. Au fil des tournées, il s'est donc affiché sur scène avec les tuniques du FC Nantes, des Queens Park Rangers, du FC Metz ou, coup dur pour les Girondins, du club de rugby de l'Union Bordeaux Bègles. Plus mainstream, dans le documentaire Reincarnated, qui le suit lors de son "voyage spirituel" et de l'enregistrement de son album de reggae en Jamaïque en 2012, celui qui se fait alors appeler "Snoop Lion" apparaît successivement avec les couleurs du Milan AC, de Chelsea, de Liverpool et du Real Madrid sur les épaules. Quatre équipes qui ont pour point commun d'avoir pour équipementier Adidas, sponsor du film.

C'est que la "passion" du Dogg pour le ballon rond doit beaucoup au hasard ou à ses intérêts économiques. Parrain du jeu FIFA 13 aux États-Unis, il avait à l'époque raconté sa découverte du soccer avec une anecdote savoureuse. Une dizaine d'années plus tôt, en tournée en Europe, le disque de son jeu vidéo favori, la simulation de football américain Madden NFL, se raye. Or, Snoop ne peut pas vivre sans jouer. Une addiction qui le pousse à envoyer quelques membres de son crew à la recherche d'un nouvel exemplaire du jeu. Peine perdue, sur un continent qui, à l'époque, ne s'est pas encore découvert d'engouement pour le Super Bowl. En revanche, les homies reviennent avec une autre franchise de l'éditeur EA Sports : FIFA. "On a fini par en tomber…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant