SNCM : malgré 30 M? d'euros d'aides, les navires restent en grève mercredi

le
2
SNCM : malgré 30 M? d'euros d'aides, les navires restent en grève mercredi
SNCM : malgré 30 M? d'euros d'aides, les navires restent en grève mercredi

Jean-Marc Ayrault a promis 30 millions d'euros d'apport supplémentaire de l'Etat à la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) afin «de permettre de couvrir les besoins de trésorerie estimés nécessaires par l'entreprise pour l'année 2014», dans un courrier au député PS Patrick Mennucci, candidat à la mairie de Marseille. L'annonce a été jugée «décevante» par les syndicats qui maintiennent leur préavis de grève reconductible pour le jour de l'An, à l'exception du syndicat nationaliste des travailleurs corses (STC) qui n'était pas partant pour ce débrayage. Pour la mairie UMP de Marseille (Bouches-du-Rhône), «le compte n'y est pas».

Dans ce courrier, le Premier ministre souligne que ces 30 millions d'euros supplémentaires doivent permettre «surtout de mettre en place les premières mesures de retour à l'équilibre prévues dans le plan d'affaires» de la compagnie maritime. Soulignant que «certains annonçaient la mise en liquidation de la SNCM avant la fin de l'année», Jean-Marc Ayrault se félicite que les efforts du gouvernement aient «payé». «Nous avons pu éviter le pire», écrit-il, en insistant sur «l'engagement indéniable et effectif» de l'Etat, actionnaire de la compagnie, qui assure notamment des liaisons régulières depuis la France continentale vers la Corse, la Sardaigne, l'Algérie et la Tunisie.

Mettre rapidement en place «des mesures de redressement»

Il assure que le gouvernement «est déterminé à mettre en ?uvre une solution de continuité de l'entreprise (qui emploie 2600 salariés, Ndlr), crédible et pragmatique, et à lui donner les chances de se redresser dans les mois qui viennent et de faire face aux contentieux communautaires».

Pour le chef du gouvernement, cette solution passe, outre le déblocage de 30 millions d'euros, par «la mise en place dans des délais désormais rapides des mesures de redressement prévues par le plan et le pacte social». Elle doit également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fred1903 le mardi 31 déc 2013 à 23:41

    Il est temps de l enterrer cette entreprise qui coute des millions.

  • rodan3 le mardi 31 déc 2013 à 23:10

    si prés des municipales, faudrait pas plomber le Menucci blanchi de dernière minute dans une affaire glauque.....pour choper la mairie de marseille.. !