SNCM : les candidatures à la reprise rejetées, un nouvel appel d'offres lancé

le , mis à jour à 15:44
6
SNCM : les candidatures à la reprise rejetées, un nouvel appel d'offres lancé
SNCM : les candidatures à la reprise rejetées, un nouvel appel d'offres lancé

Nouveau coup de théâtre dans l'interminable dossier de reprise de la SNCM. La justice a rejeté ce mercredi les trois candidatures à la reprise de la SNCM et lancé dans la foulée un nouvel appel d'offres. Les deux nouveaux acteurs - la Stef ainsi qu'un consortium d'entreprises corses- qui s'étaient manifesté ces tout derniers jours, vont donc pouvoir déposer leur offre. Les futures propositions seront examinées en audience le 25 septembre prochain.

Trois offres de reprise de la compagnie maritime avaient été déposées. Le 27 mai, lors d'une audience, le tribunal avait examiné les offres - «améliorées» à sa demande- déposées par trois candidats: le groupe corse Rocca, l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, et Baja Ferries, dirigé par Daniel Berrebi. Au cours de l'audience à huis clos, le procureur de la République de Marseille Brice Robin avait requis en faveur de l'offre présentée par Daniel Berrebi. Tout en ménageant l'offre concurrente du groupe corse Rocca, il avait en revanche clairement écarté celle de Christian Garin. Le juge-commissaire avait de son côté estimé que l'offre de Rocca était la meilleure, selon des représentants du personnel présents à l'audience.

VIDEO. SNCM : rejet des offres de reprise, nouvel appel à candidature

Deux nouvelles offres

Mais depuis,  les cartes ont été rebattues une énième fois. Il y a une semaine, le groupe Stef, spécialiste de la logistique du froid et maison-mère d'une autre compagnie maritime, La Méridionale (CMN), a écrit au président du tribunal de commerce pour lui demander de repousser sa décision, laissant clairement entendre qu'il pourrait à son tour déposer une offre de reprise.

Puis un consortium composé de huit grandes entreprises corses s'est porté candidat au rachat de la SNCM, dans une lettre d'intention adressée le 5 juin au tribunal. Ce groupement d'entreprises (grande distribution, vente de matériaux de BTP, production et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • schrett le mercredi 10 juin 2015 à 16:04

    On va encore rajouter du déficit au déficit. Aujourd'hui encore la SNCM a fait parler d'elle par le biais de marins mafieux compromis dans des trafics d'arme et de drogue. Liquidation immédiate, mare de payer encore et toujours !

  • faites_c le mercredi 10 juin 2015 à 15:09

    La justice n'a rien décidé du tout, elle en est bien incapable n'ayant aucune idée de la manière dont fonctionne une compagnie maritime! Par contre la pseudo justice est aux ordres du gouvernemnt qui ne tient surtout pas à ce qu'une grève éclate à la SNCM au mois de juillet! Le gouvernement a eu la chance (ou a sollicité) que 2 autres propositions soient présentées (1 mois après la date limite du dépot de l'offre!!!) ce qui permet à la pseudo justice de relancer un appel d'offres bidonnés!

  • restif1 le mercredi 10 juin 2015 à 14:59

    Les repreneurs ne seraient-ils pas surtout intéressés par les subventions de l'Etat et de la Région?

  • gache1 le mercredi 10 juin 2015 à 14:59

    aucune offre vraiment sérieuse de reprise. C'est étonnant pour une compagnie à la réputation aussi sérieuse !

  • dotcom1 le mercredi 10 juin 2015 à 14:53

    SNCM : Savoir Nager C'est Mieux

  • M8252219 le mercredi 10 juin 2015 à 14:49

    Normal, quel ? repreneur pour une société commerciale , entravée, garrottée par un syndicalisme mafieux la CGT( pas que eux). Le ou les repreneurs veulent être libre de choisir leurs employés.