SNCM : le tribunal de commerce renvoie sa décision sur la cessation de paiements

le
5
SNCM : le tribunal de commerce renvoie sa décision sur la cessation de paiements
SNCM : le tribunal de commerce renvoie sa décision sur la cessation de paiements

Le tribunal de commerce de Marseille a décidé, ce vendredi, de reporter sa décision au 25 novembre sur la cessation de paiements de la compagnie maritime SNCM en proie à d'importantes difficultés financières. Le tribunal a décidé de nommer un juge enquêteur pour recueillir «tous les éléments sur la réalité de l'état de cessation de paiements». 

La direction de la SNCM avait officiellement déposé son bilan le 4 novembre, en se déclarant en cessation de paiements. Transdev, le principal actionnaire, a en effet réclamé début novembre à la SNCM de rembourser de manière anticipée 103 millions d'euros de prêts qu'il lui avait accordés, et Veolia, co-actionnaire de Transdev, 14 millions. En outre, Bruxelles a condamné la compagnie à une amende de 400 millions d'euros pour avoir touché des aides publiques illégales.

Plusieurs hypothèses vont maintenant se présenter pour cette compagnie qui assure la desserte de la Corse et du Maghreb et qui compte 2 000 salariés dont 1 500 CDI. La première solution peu probable serait que le tribunal ne reconnaisse pas la cessation de paiement. Là, aucune procédure ne serait engagée. En revanche, si la cessation de paiements est entérinée, la SNCM pourrait être placée en redressement judiciaire. «Cette procédure qui permettra de rechercher une solution au problème des sanctions européennes aujourd'hui insoluble et d'entreprendre la recherche d'un repreneur sous l'égide du tribunal, ne met pas en cause les activités», avait assuré assuré la direction de la compagnie.

Jean-Marc Janaillac, PDG de Transdev, a estimé début novembre qu'il existait plusieurs repreneurs potentiels: «de l'ordre de cinq ou six, des compagnies sérieuses, venues de différents pays européens», a-t-il précisé. Reste que cela ne devrait pas se faire sans casse sociale. Début octobre, la direction de la compagnie avait défini un «périmètre à l'équilibre» qui comprendrait entre 800 et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le vendredi 14 nov 2014 à 12:33

    quel courage!! les juges ont du être menacés par les mafieux de la CGT

  • miez1804 le vendredi 14 nov 2014 à 11:51

    Vive l'in..pen..ce de la jus.ti.ce!

  • pier1309 le vendredi 14 nov 2014 à 11:30

    Le tribunal de commerce aurait-il peur ??????? On enquête ? Pourquoi ? Pour qui ? Peur de quoi ? Peur de qui ? Il y a bien longtemps que cette SNCM aurait du sauter et l'Etat de désengager de ces gabegies ... SNCM SNCF Air France qui d'autres encore ??? Mais il est vrai que l'on est à Marseille et très proches de certains réseaux ...

  • gache1 le vendredi 14 nov 2014 à 11:07

    Si je comprends bien la SNCM souffre d'un léger sureffectif de 1.000 personnes sur 2.000 salariés.Grace aux pressions Européennes ce gachi va enfin cesser et nous de payer chaque année depuis 50 ans !

  • M8252219 le vendredi 14 nov 2014 à 10:54

    Si reprise de la SNCM:les délégués syndicaux CGT retrouverons leurs places et ça va recommencer!!!!!!!!