SNCM : le président du directoire débarqué, la CGT crie à la trahison

le
1
SNCM : le président du directoire débarqué, la CGT crie à la trahison
SNCM : le président du directoire débarqué, la CGT crie à la trahison

Le conseil de surveillance de la SNCM, réuni lundi après-midi à Marseille, n'a pas reconduit le directoire présidé par Marc Dufour, a-t-on appris de sources syndicales. Les trois représentants de l'Etat se sont abstenus lors du vote qui a rejeté par 6 voix contre 5 la reconduction du directoire dont le mandat s'achevait fin mai et que le principal actionnaire Transdev souhaitait remplacer. 

Le président sortant, Marc Dufour, s'est dit «inquiet sur l'avenir de la SNCM. Pour les syndicats, qui apportaient leur soutien à son plan de redressement, cette éviction est le signe d'une volonté de «démantèlement» de la compagnie de la part de l'Etat. «C'est un choix politique et économique du gouvernement pour faire place libre à Corsica Ferries (concurrent de la SNCM, ndlr)», a déclaré Frédéric Alpozzo, délégué CGT-Marins.

La CGT parle de «trahison»

Selon lui, le conseil de surveillance n'a «pas proposé de solution de financement pour les bateaux ni de mise en oeuvre du plan industriel à long terme». Or «l'Etat a toutes les clefs en main pour respecter ses engagements». La CGT a demandé un rendez-vous avec le Premier ministre et le secrétaire d'Etat aux Transports «dans les heures qui suivent».

Dans un communiqué, le secrétariat d'Etat aux Transports précise que cette abstention n'est «ni un vote de défiance ni d'indifférence à l'égard du directoire sortant», mais il souligne qu'«il était important de mettre un terme à la quasi-paralysie qui menaçait la société». «Nous souhaitons permettre à la SNCM de se construire un avenir, qui ne soit ni la liquidation, ni la fuite en avant», a indiqué de son côté dans un communiqué le PDG de Transdev, Jean-Marc Janaillac. «Nous allons donc désormais pouvoir travailler sereinement dans l'intérêt de la compagnie, de ses salariés et de ses clients», assure-t-il.

Selon le secrétariat d'Etat chargé des Transports, un nouveau conseil de surveillance se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • A4DF14 le mardi 13 mai 2014 à 09:22

    La CGT reste la même . Au vu de la situation qu'elle a laissé dans les ports, on peut se douter qu'elle continuera à faire sombrer tout ce qu'elle touche .