SNCM : le candidat norvégien à la reprise jette l'éponge

le
0
SNCM : le candidat norvégien à la reprise jette l'éponge
SNCM : le candidat norvégien à la reprise jette l'éponge

Le groupe norvégien Siem Industries a annoncé ce mercredi qu'il renonçait à une éventuelle reprise de la compagnie maritime française SNCM, en grande difficulté. «Nous nous sommes retirés et nous avons fait passer le message. C'est fini», a déclaré le directeur adjoint du conglomérat norvégien, Eystein Eriksrud.

Eystein Eriksrud n'a pas voulu s'étendre sur les raisons de son retrait mais son entreprise a exprimé à plusieurs reprises dans le passé sa frustration de n'avoir obtenu aucune réponse à ses marques d'intérêt, ni de la part de Transdev, l'actionnaire majoritaire de la SNCM, ni de l'État français.

Prêt à acheter sept nouveaux navires

«Il n'y a aucune clarté concernant ce que Transdev ou les actionnaires veulent faire de la compagnie», a-t-il simplement dit mercredi.

Le Norvégien était prêt à financer l'achat de sept nouveaux navires (quatre commandes fermes et trois options) pour la compagnie française, avait affirmé le mois dernier le journal Les Echos. Une information que Siem Industries n'avait pas confirmée.

La mise à l'écart du président du directoire, Marc Dufour, lundi 12 mai, aurait aussi déplu au repreneur norvégien, selon les informations du Marin, l'hebdomadaire de l'économie maritime, car il incarnait «l'unité de la SNCM» et une vision de «long terme». Marc Dufour portait depuis plus d'un an un plan de redressement de la compagnie, chroniquement déficitaire, qui impliquait l'achat de quatre nouveaux navires et 500 suppressions de postes sur 2 600.

Mais Transdev (66% du capital) n'aurait jamais cru à ce projet de relance, soutenu par les syndicats et les actionnaires salariés (9%). «Nous souhaitons permettre à la SNCM de se construire un avenir, qui ne soit ni la liquidation, ni la fuite en avant», avait cependant tenu à rassurer, lundi, le PDG de Transdev, Jean-Marc Janaillac. Il souhaite trouver une solution qui prenne en compte «la mission de continuité territoriale et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant