SNCM : l'ex-patron du port de Marseille candidat possible à la reprise

le
5
SNCM : l'ex-patron du port de Marseille candidat possible à la reprise
SNCM : l'ex-patron du port de Marseille candidat possible à la reprise

Il est peut-être le seul espoir pour les salariés de cette compagnie maritime en plein naufrage. Selon le JDD, l'ancien président du port autonome de Marseille (Bouches-du-Rhône), Christian Garin, serait intéressé pour reprendre la SNCM, actuellement en grève. Selon un proche du dossier, le patron du syndicat des armateurs français a même «vu ou écrit à toutes les parties prenantes». A la mairie de la Cité phocéenne, on confirme qu'il est un candidat «crédible» même si rien n'est encore fait.

Mais dans les coursives des navires bloqués au port, on a pour l'instant d'autres chat à fouetter. Alors que la grève pénalise des milliers de passagers entre la Corse et le Continent depuis cinq jours, la tension monte entre les différents protagonistes. Ce dimanche, l'office des transports de Corse (OTC) a demandé un «service minimum» à la SNCM et la deuxième compagnie paralysée, la Méridionale. Depuis la veille, le fret est également bloqué et les insulaires craignent une pénurie de certains produits.

«Le mot d'ordre, c'est de ne pas transporter de fret», a précisé le président du syndicat des transporteurs routiers de Corse, Jean-Marie Maurizi, qui a demandé à la compagnie privée Corsica Ferries, la seule assurant aujourd'hui des traversées, de ne pas embarquer de marchandises. Le but, exprimer son «ras-le-bol» face au conflit permanent. La compagnie concurrente de la SNCM a indiqué avoir l'intention de se conformer à cette demande.

Pénurie dans l'île ?

Si ce mot d'ordre n'est pas respecté, des actions plus dures sont envisagées, précise Jean-Marie Maurizi, évoquant le blocage des «ports, de ronds-points ou de Bastia (Haute-Corse)». Sur place, l'idée de faire des réserves alimentaires commence à germer, quelques Bastiais s'y attelant déjà. Selon le président du syndicat des transporteurs routiers de Corse, l'île est toutefois loin d'un début de pénurie : «C'est de l'intox», affirme-t-il. Sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le lundi 6 jan 2014 à 00:34

    A la niche ( fiscale )les champions du black et de la surenchère !!

  • nono67 le dimanche 5 jan 2014 à 18:52

    La faillite les guettent. Ils sont donc dans la fuite en avant.

  • nono67 le dimanche 5 jan 2014 à 18:51

    Salaires exhorbitants, syndicalistes qui se se servent en nourriture pour eux même et leurs famille, grève quasi permanente pour demander encore plus, prise en otage permanente des clients . La cgt marin de m e r d e aura coule en même temps la sncm et le port de marseilles. joli carton . Ce syndicat extremiste issu de la guerre de 39/45 sait qu'il est en train de perdre lentement mais surement ses derniers bastions qui lui assuraient son financement: edf / sncf /ratp / gdf /ports autonome.

  • DADA40 le dimanche 5 jan 2014 à 18:44

    Quand on sait les problèmes du port de Marseille, on se demande où la France veut aller avec ce gus.

  • DADA40 le dimanche 5 jan 2014 à 18:43

    Ils parlent de distorsion de concurrence parce que les Italiens ne sont pas obligés de mettre à bord la CGT? Mais personne n'en veut plus de cette compagnie qui nous coûte les yeux de la tête. Et le scandale du pillage des navires pour approvisionner les restaurants d'Ajaccio. Normalement, ils devraient être sous les verrous.